Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

AVENT (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

 

AVENT

A Florentin Benoît d’Entrevaux

« Dirupisti, Domine, vincula mea ; tibi sacrificabo hostiam laudis ».
(Tu as rompu mes liens, Seigneur ; je t’offrirai un sacrifice de louanges)

            Paroissien romain 

« Nous tous les fidèles, encore et sans cesse,  en paix, prions le Seigneur »

            Divine Liturgie de notre père parmi les saints Jean Chrysostome

 

Seul en face de la grande solitude de la foi !
Seul en face de Dieu !
Hier, ce soir, demain,
Plus seul
A mesure que mon amour grandit
Qu’intouchable s’élève le feu dans ma gorge !

Et c’est l’Avent !

Cœur, peux-tu dire
Avec certitude
Ce qui s’en va
Et ce qui demeure en toi
Quand tu deviens torche de tendresse,
Parcelle de vie et envol d’étoile !

Et c’est l’Avent !

Ô insondable clarté du silence,
Liqueur suave de la cire allumée,
Qui me mènes de transparence supérieure
En transparence supérieure !

Et c’est l’Avent !

Des larmes ! Des parfums de voix
Inconnues ! Des images abondantes de vendanges !
Le tremblement de la flamme de la bougie
Qui m’apprend la beauté de l’attente,
La lumière de la pure patience !

Et c’est l’Avent !

Le sang limpide de l’amour qui croît.
La barque d’une prière qui monte
Vers le cœur, la nuit, unissant
Dans un mouvement gracieux
Les deux rives de mon âme.

Et c’est l’Avent !

Dehors et dedans,
Cette étrange résistance
A ton regard,
A cette lumière qui s’écoule
Entre Tes cils,
A Ta parole
Suspendu au souffle flamboyant
De Ta bouche !

Et c’est l’Avent !

Je Te veux, j’ai soif de Toi,
Mon corps ne peut refuser Ta caresse !

Et c’est l’Avent !

Je sais, j’ai toujours su,
T’aimer -
Voilà la parfaite plénitude
De la vie pleine !

Et c’est l’Avent !

 Athanase Vantchev de Thracy

Paris, ce jeudi 25 novembre, Anno Domini MMIV

Glose :

Avent (n.m.) : du latin adventus, « venue, arrivée /de Jésus-Christ/ ». Temps pendant lequel
l’Eglise catholique se prépare à la fête de Noël. Ce temps comprend les quatre semaines
incluant les quatre dimanches précédant la veille de Noël. Depuis le pape Grégoire I (vers
540 – 604)
, nommé aussi Grégoire le Grand, l’Avent représente la période de la préparation
de la venue du Christ. Elle commence avec le quatrième dimanche avant Noël et marque le
début de l’année ecclésiastique. Le symbole principal de l’Avent est la lumière, ce qui est
compréhensible à cette époque de l’année. La fête de la Saint-André (30 novembre) fixe à
quelques jours près l’entrée dans l’Avent.

Symboles de l’Avent : la couronne ronde, les bougies, le sapin.

La couronne ronde de l’Avent évoque le soleil et annonce son retour. Les habitants du nord
de l’Europe habillent leur maison de couronnes composées de feuillages verts. Plus
récemment, un pasteur allemand décida d’allumer chaque jour une bougie disposée sur une
roue
, pour marquer les 24 jours qui précèdent Noël. La roue fut bientôt remplacée par un
sapin et les bougies réduites à quatre. La couronne est également le symbole du Christ Roi,
le houx rappelant sa couronne d’épine. Les quatre dimanches symbolisent les 4 saisons et le 4
points cardinaux. Noël sera là, quand la quatrième bougie sera allumée. Le plus souvent les
bougie sont rouges pour évoquer le feu, la chaleur, la lumière. Sur les couronnes suédoises,
les bougies sont blanches. Le blanc est la couleur de la pureté. En Autriche, les bougies sont
violettes. Le violet est le symbole de pénitence.

Dès l’Avent, toute la maison doit se parer pour montrer que ses habitants attendent la plus
grande des fêtes chrétiennes : la Nativité du Christ :

- couronne ronde de l’Avent sur la table,
- couronne ronde de l’Avent sur la porte d’entrée,
- guirlandes autour des portes,
- bougies rouges, blanches ou violettes.

Le 28 novembre 2004, sera célébré le premier dimanche de l’Avent.