Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Vanum est... - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

VANUM EST…

Comme le poète romain

Æmilius Macer, je trempe ma plume

Dans le nectar des glycines

Et vois sourdre une véritable joie.

 

Quelle antique patience,

Quelle inhumaine obstination

Quel illimité désir de perfection !

 

Dire, émouvoir, réjouir

Dompter la virulente turbulence du temps,

Ô source éternelle de l’éternelle poésie.

Union mystique de l’âme et du monde,

Harmonie impalpable

Fruit d’un savoir faire d’ordre divin !

 

Ou comme Adam Elsheimer

Savoir peindre l’âme des hommes

Dans des tremblants paysages évanescents,

Si mélancoliquement élégants

Jusqu’à l’extrême épuisement de la pensée !

 

Moi, qui habite une admiration irrémédiable

Et des couleurs qui révèlent

L’essence absolue de la lumière !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Haskovo, le 30 mai 2019

Glose :

Vanum est vobis ante lucem surgere –Psaume 127 (126) : Il ne vous sert de rien de vous lever avant le jour.

Aemilius Macer de Vérone était un poète didactique romain. Il est l'auteur de deux poèmes, l'un sur les oiseaux (Ornithogonia), une traduction d'un ouvrage de Boios et l'autre sur les antidotes contre le poison des serpents (Theriaca), qu'il a imités du poète grec Nicandre de Colophon. Selon Jérôme, il mourut en 16 av. Il est possible qu'il ait également écrit un travail de botanique. Le poème hexamètre existant connu sous le nom de Floridus ou De viribus (aut virtutibus) herbarum, traditionnellement attribué à Macer, est en fait une production médiévale du médecin français Odo Magdunensis.

 

Aemilius Macer doit être distingué du Macer appelé Iliacus dans le catalogue de poètes ovidien, auteur d'un poème épique. Le fait qu’il soit traité par Ovide dans l’une des épîtres Ex Ponto montre qu’il était en vie longtemps après Aemilius Macer. Il avait été identifié avec le fils ou le petit-fils de Théophane de Mytilène, l'ami intime de Pompée.

Adam Elsheimer, baptisé le 18 mars 1578 à Francfort-sur-le-Main et inhumé le 11 décembre 1610 à Rome, est un des plus grands peintres allemands.

Fils de tailleur, Adam Elsheimer entre d'abord en apprentissage auprès de Philipp Uffenbach à Francfort de 1593 à 1598.

Il part ensuite à Munich, et en 1598, il se rend à Venise où il collabore avec Hans Rottenhammer jusqu’en 1600.

Il reste ensuite dix ans à Rome où il côtoie les peintres Paul Bril, Carlo Saraceni et Pierre Paul Rubens.

Il se marie en 1606 et se convertit au catholicisme.

Adam Elsheimer meurt en décembre 1610. Rubens l'admirait et a copié un détail de La Satisfaction. Il fit son éloge lorsqu'il apprit la mort d'Elsheimer.

L'art allemand était à l'époque sur le déclin quand Alsheimer s'orienta sur l'étude des grands maîtres de l'apogée de l'art allemand, Albrecht Altdorfer, Lucas Cranach et Albrecht Dürer. Il se limita à la production de tableaux de petit format peints sur plaque de cuivre. Cette restriction ne lui permit pas d'accéder aux commandes de grands formats pour les palais et les églises, qui rendaient les peintres plus célèbres. Il peignit peu et petit, mais la surface du cuivre lui permettait de peindre des détails d'une précision de miniaturiste.

Arrivé à Rom en 1600, il devient un artiste baroque  en peignant des scènes beaucoup plus mouvementées, apportant à ses tableaux des effets dramatiques par l'utilisation de contrastes, sur le modèle du Caravage. Son autoportrait est une de ses rares huiles sur toile répertoriées ; il a probablement été réalisé pour l’Accademia di San Luca de Rome qui exigeait de ses membres leur portrait.

Son œuvre la plus connue est le retable La Vénération de la croix.


ENGLISH:

 

Vanum est…*

 

Like the Roman poet

Aemilius Macer, I dip my pen

in the nectar of the wisterias

and see real joy well up from the earth.

 

What ancient patience,

what inhuman obstinacy,

what a limitless desire for perfection!

 

To speak, to move, to delight others,

to tame the virulent turbulence of time,

O eternal source of eternal poetry.

Mystical union of the soul and the world,

intangible harmony,

fruit of a divine order of knowledge of one’s craft!

 

Or, like Adam Elsheimer,

to know how to paint the souls of men

in his trembling evanescent landscapes,

so melancholically elegant

they reach a point where thought is exhausted!

 

I, the possessor of an incurable admiration

and colours which reveal

the absolute essence of light!

*Vanum est vobis ante kucen surgere : ‘It is vain for you rise up early’ (Psalm 127:2)

 

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

Mis à jour ( Samedi, 01 Juin 2019 14:50 )