Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Les Ourmes - français

PDF
Imprimer
Envoyer

LES OURMES


Cor unum et anima una
(« Un seul cœur, une seule âme »)

 

Elles viennent, tard dans la nuit, les trois Ourmes,

Ces aériennes divinités inconcevables

Qui habitent le cœur chantant des arbres !

 

Déesses du destin des Tsiganes,

Ces Femmes, drapées

De longues mantes blanches

Assistent à la naissance des enfants !

Penchées sur leurs berceaux,

D’une intelligence prompte et déliée,

Déterminent leurs sorts !

 

Ô cet insoutenable éclat des dieux

Qui nous pénètrent de leur grand souffle

Dans les ténèbres lourdes de nos vies !

 

Mais moi, j’ai mon ange

Pudique et délicieux.

La poésie, dit mon ange, est faite

Des plus précieuses pierres fines,

Elle reflète les frêles mouvoirs de l’âme !

 

Sa plus grande exigence

Est la perfection

Et la pureté virtuose des vers !

Sa grâce est essentiellement infinie !

 

Ô force antique de la parole juste

Qui réveille les trésors cachés

Dans les tréfonds de  nos êtres !

 

Heureux, je sors dans le jardin

Et trempe ma plume

Dans le nectar des glycines !

 

Ô cette rigueur de dire !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Haskovo, le 4 mai 2019

 

Glose :

 

Les Ourmes sont les déesses du destin des Tsiganes d'Europe centrale. On les appelle aussi les "femmes blanches", car revêtues d'une robe blanche. Elles vont par groupe de trois apparaissant et intervenant essentiellement lors de la naissance de chaque enfant dont elles déterminent le destin futur. Une de ces fées est bonne, l'autre est cause de malheur, la troisième jouant un rôle intermédiaire".

D’autres sources disent qu’elles sont des fées des arbres, à l’intérieur desquels elles résident. Les Ourmes (Urmes) sont connues aussi sous le nom d’Ursitory. Pour les honorer, il est de tradition de placer, près de l’enfant une écuelle remplie de blé cuit dans du miel avec trois cuillers. On essaie ainsi d’obtenir leur bienveillance.