Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

LES CLOCHES BLANCHES - français

PDF
Imprimer
Envoyer

LES CLOCHES BLANCHES

Honor, virtus, robore

(« Force, honneur et courage »)

Les cloches blanches et roses

Dans les églises printanières des vergers

Verdeur sobre des sources,
Rameaux argentés ou dorés,
Les étoiles brillantes des petits pissenlits

Sur la nappe émeraude des champs

Et le vent qui réunit nos vies !

 

Ô bleu incendiaire du matin,

Musique des êtres aimés

Disparus depuis des années,

La mousse soyeuse qui habille

Les tombes et les troncs vivants des arbres !

 

Tu me parles de Désespoir,

La troublante et délicieusement belle

Statue de Jean-Joseph Perraud,

De l’équilibre de la lumière

Dans la grande vacuité du jour,

Du frisson doux de l’aube

Qui entrouvre le lourd voile de la nuit !

 

Des flammes de grâce

Sortent de tes doigts d’albâtre pur,

Merveilles de toute profondeur !

 

Ô jour triomphant au coeur

De chaque bourgeon !

Flux et reflux de l’inspiration !

 

Mon ange, toi claire impulsion divine,

Tu émerges, rayonnante, des jardins

De mes rêves absolus où règne toujours

L’alchimie inépuisable des ombres.

 

Tu converses avec les rayons du soleil

Dansant sur le mur chaulé éclatant de blancheur

Comme quand tu étais enfant !

 

J’aime ton âme qui se plaît

À abriter les ombres d’or du soir !

 

Je ris

Et plus évidente devient

Le royaume de la haute solitude

En écoutant La fille aux cheveux de lin

De Debussy joué à la harpe

Par le virtuose russe Sasha Boldachev !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 13 avril 2019

Glose :

Jean-Joseph Perraud (1819-1876) : sculpteur français. Jean-Joseph Perraud se rend dès 1834 en apprentissage chez le père Duvernoy, ébéniste, puis à Pontarlier. Élève à l'École des Beaux-Arts de Paris dans les ateliers de Jules Ramay et d’Auguste Dumont, il obtient le grand prix de Rome en 1847 pour Télémaque apportant à Phalante l'urne renfermant les cendres d'Hippias (Fénélon, les Aventures de Télémaque).

Il connut tous les honneurs, médaille de première classe à l'Exposition universelle de 1855, membre de l'Institut en 1865 et officier de la Légion d’honneur en 1867,  ce qui lui assura des commandes officielles jusqu'à la fin de sa vie. C'est un sculpteur néo-classique teinté de romantisme.

Il a légué son fonds d'atelier et sa propre collection d'art à la ville de Lons-le-Saunier qui  l'expose en son Musée des Beaux-Arts.

 

Claude Debussy (1862-1918) est un compositeur français. En posant en 1894 avec Prélude à l’après-midi d’un faune le premier jalon de la musique moderne, Debussy place d’emblée son œuvre sous le sceau de l’avant-garde musicale. Il est brièvement wagnérien en 1889, puis anticonformiste le reste de sa vie, rejetant tous les académismes esthétiques. Avec La Mer, il renouvelle la forme symphonique ; avec Jeux, il inscrit la musique pour ballet dans un modernisme prophétique ; avec Pelléas et Mélisande, l’opéra français sort des ornières de la tradition du drame lyrique, tandis qu’il confère à la musique de chambre, avec son quatuor à cordes et son trio, des accents impressionnistes inspirés.

Une part importante de son œuvre est pour piano (la plus vaste de la musique française avec celle de Gabriel Fauré) et utilise une palette sonore particulièrement riche et évocatrice.

Claude Debussy laisse l’image d’un créateur original et profond d’une musique où souffle le vent de la liberté.