Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Que nous rest-t-il, âme ? - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

QUE NOUS RESTE-T-IL ÂME

Que nous reste-t-il, âme,

Quand nous avons accompli

Tous nos devoirs

Et avons pleuré toutes les larmes

De nos corps

Pour rendre pur, clair et transparent

Le royaume de nos vies

À leur crépuscule ?

 

Le temps, mon âme, le temps

A épousé la musique des vents

Et a guidé nos pas

Vers l’église du sommeil éternel.

 

Des voix lointaines,

Toujours plus lointaines,

À l’apparition des premières étoiles !

 

Sous un cierge,

À la flamme finissante,

Un vieux moine seul

Devant l’éternité !

 

Ô merveilleuse chanson du silence,

Chant des anges voyageurs,

Sublimes poésies

De Joseph von Eichendorff !

 

Plus léger coule

Le sang dans les veines

Et plus beau tremble le visage

Devant la lumière des mots !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 1 avril 2019

 

Glose :

Le baron Joseph von Eichendorff (1788-1857) : poète et romancier allemand. Il figure parmi les plus grands noms de la poésie de langue allemande, aux côtés notamment de Johann Wolfgang von Goethe.

Ses parents sont le baron Adolf von Eichendorf, un officier prussien, et la baronne Karoline von Kloche, issue d’une famille aristocratique catholique. De 1793 à 1801, il est élevé à la maison avec son frère Wilhelm. En octobre 1801, les deux frères sont envoyés au gymnasium catholique de Breslau. Ils sont placés en internat au couvent Saint-Joseph jusqu’en 1804. Puis Joseph von Eichendorff part étudier le droit à l'Université de Halle (1805-1806) et de Heidelberg (1807-1808), où il rencontre le poète Isidorus Orientalis (pseudonyme de Otto von Loeben) qui aura une grande influence sur lui et sur son œuvre. En 1808, il entreprend un voyage d’éducation à travers l’Europe, visitant Paris et Vienne. En 1809, il retourne à Lubowitz pour assister son père dans l’administration des biens de la famille.

À l’hiver 1809-1810, Eichendorff se rend à Berlin, où il rencontre Johann Gottlieb Fichte, Achim von Arnim, Clemens Brentano et Heinrich von Kleist. Il finit ses études à Vienne  en 1810-1812. De 1813 à 1815, il combat dans les guerres de libération, lors des Sixième et Septième Coalition. Il épouse Aloysia von Layrisch dont il a un fils, Hermann. Pour nourrir sa famille, il entre en 1816 dans l’administration prussienne comme stagiaire à Breslau. En 1817, lui naît une fille baptisée Thérèse.

Il devient conseiller de l’école et de l’église catholique de Dantzig en 1821, puis Oberpräsidialrat à Königsberg en 1824. En 1831, il s’installe avec sa famille à Berlin, où il travaille pour plusieurs ministères. En 1841, il est nommé conseiller secret du gouvernement. En 1844, il démissionne à la suite de divergences d’opinion sur les questions de confession.

Il a écrit un poème intitulé Waldgespräch (Dialogue dans la forêt), qui fait intervenir la figure de Lorelei, contribuant ainsi à fixer ce mythe dans l’histoire, tant et si bien qu’on le croira très ancien. Ce poème sera mis en musique par Robert Schumann en 1840.

Depuis 1956, un prix de littérature Eichendorff a été créé par le Cercle de Wangen, de même qu’un musée Eichendorff, à Wangen im Allgäu. Fondée en 1931, la Société Eichendorff se consacre à l’étude de la vie, de l’œuvre et de l’influence de Joseph

 

on Eichendorff.

ENGLISH :

 

What Is Left For Us, My Soul?

What’s left for us, my soul,

when our duties

are all done

and we’ve cried all the tears

in our bodies

to make the kingdoms of our lives

pure, clear and transparent

at their twilight?

 

Time, my soul, time

has married the music of the winds

and guided our steps

towards the church of eternal sleep.

 

Distant voices,

more and more distant

as the first stars appear!

 

Beneath a candle

with a dying flame,

an old monk is praying, alone

before eternity!

 

O wondrous song of silence,

song of the angel voyagers,

Eichendorff’s

sublime poetry!

 

Blood in the veins

flows more lightly

and the face trembles more finely

before the light of words!

 

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

Mis à jour ( Lundi, 01 Avril 2019 21:17 )