Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

ATARAXIE (français / anglais)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

 

ATARAXIE

(’Αταραξία)

A Nichita Stanescu

« Παϊς  ’εiμι γάς καί ’oυρανού ’αστερεύντος

Αυτάρ γένος ’εμοί ’αθάνατον. »

 (« Je suis fils de la terre et du ciel étoilé,

Voilà pourquoi mon âme est immortelle. »)

            Anghélos Sikélianos

 

Proche de la rivière se dresse notre humble demeure,

Les grêles rossignols nous tiennent compagnie,

La lune remplit leurs petites gorges de musique.

 

Un vent délicat berce le diamant

De leurs minuscules corps

Sur les branches diaphanes

Des saules verdissants !

 

Les doux battements de leurs ailes

Réveillent les mots de tendresse

Endormis dans les bras

Des fleurs de notre jardin.

 

Mots suaves, mots de bonheur, mots immortels

Comme les poèmes

Des cœurs qui savent aimer !

 

            Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, ce lundi 25 septembre 2006

Glose :

Ataraxie (n.f.) : du grec ataraxia, « absence de trouble ».  Primitivement, chez Démocrite, tranquillité d’âme qui résulte de la mesure dans le plaisir, de l’harmonie dans la vie.

Nichita Stanescu (1933-1983) : poète roumain. Il fut le leader de la génération des années 60. Profitant du relatif dégel politique, il introduisit les modèles de la modernité dans la littérature et prépara le passage vers le postmodernisme. Nichita Stanescu débuta en 1960 avec Le sens de l’amour et publia, ensuite, plus de 10 livres de poésies. Les plus importants en sont : 11 élégies, Les non-paroles, Dans le doux style classique, Epica Magna, Nœuds et Signes, etc. Il élargit énormément les frontières du lyrisme et renouvela le langage de la poésie en utilisant non seulement le mot, mais aussi le non-mot. L’équation de son lyrisme serait : esprit visionnaire, maniérisme supérieur, modernité tardive et post-modernité au début, le tout enveloppé dans un imagisme exubérant et, si l’on peut dire, sans limites. Voici deux poèmes de Stanescu :

I. 

La leçon sur le cercle :

On dessine sur le sable un cercle
après on le coupe en deux,
avec le même bâton de noisetier on le coupe en deux.
Après cela on tombe à genoux
après cela on tombe sur les mains
après cela on frappe le sable avec le front
et on demande pardon au cercle.
C'est tout. 

II.

Poème

Dis-moi, si je t'attrapais un jour
et que j'embrassais la plante de ton pied,
tu boiterais un peu ensuite, n'est-ce pas,
de peur d'écraser mon baiser ?...

Anghélos Sikélianos (Leucade 1884 - ib.1951) : un des plus grands poètes contemporains grecs. Son œuvre et ses actions sont marqués par la spiritualité, l'amitié entre les peuples, le retour aux grands classiques grecs et à la poésie dite ou représentée : projet de création d'un centre spirituel à Delphes, fondation des Jeux delphiques avec des mises en scène d'Eschyle et de Sophocle,  proposition du grec comme langue internationale. Il se ruina dans ses entreprises, mais fut pressenti comme prix Nobel à la fin de sa vie. L'essentiel de son œuvre consiste en poésies placées sous le signe d'Orphée, en textes pour la scène et en essais spirituels.

 

 ENGLISH:

Ataraxia

for Nichita Stanescu

'I am a son of the earth and the starry sky,
that is why my soul is immortal.'

Anghelos Sikelianos

Our simple house stands near the river,
there shrill nightingales keep us company,
the moon fills their little throats with song.

A delicate wind rocks them
where they sit like tiny diamonds
on the diaphanous branches
of the green willows!

The gentle beating of their wings
awakens words of tenderness
that lay sleeping in the arms
of our garden flowers.

Sweet words, words of happiness, immortal words
like the poems of those
with hearts that know how to love!

translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

26.09.06.