Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Vous dites, Ami - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

VOUS DITES, AMI


« Vous dites que je suis double,

Mais non je suis immense »


Pierre Drieu la Rochelle

 

Vous dites, Ami,

Que je suis ambigu, triste, imprévisible,

Mais non, mon Ami, je suis protéiforme,

Tantôt immense, tantôt

Plus petit qu’une goutte de pluie.

 

En vain nous cherchons

Les secrets de la vie éternelle,

Nous, humbles brins d’herbe desséchés,

Angoissés et timides

Et gonflés d’envie de sanglots.

 

Nous, vaguement, légèrement

Balancés par les interminables nuits

De songes en songes jusqu’au bout du rêve,

 

De  Turris Eburnea en Turris Eburnea,

À la poursuite des divines vertus :

Force et pureté,

À la recherche des plaisirs raffinés

Frais comme des oranges

Et sereins comme une brise, au matin,

Quand le firmament hésite encore

Entre le mauve et le rose.

 

On eût dit que tout mon corps est miracle vibrant

Ou, pendant les nuits dompteuses du temps,

Masque d’or funéraire.

 

Ô Ami, nous qui aimons les anges

Aux corps de lumière immaculée,

Aux yeux de myosotis scintillant

Et aux voix si mélodieuses

Qui collent avec douceur

Aux pétales transparents

De nos âmes !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 13 mars 2019

 

Glose :

Pierre Drieu la Rochelle, né à Paris le 3 janvier 1893 et mort par suicide le 15 mars 1945 est un poète et écrivain français.

Ancien combattant de la Grande guerre, poète, romancier, essayiste et journaliste, dandy et séducteur, européiste avant la lettre, socialisant, puis fascisant, il s'engagea en faveur de la Collaboration durant l’Occupation à la demande de Gaston Gallimard, en remplacement de Jean Paulhan qui devint son assistant et son ami. Drieu dresse la liste des écrivains de la NRF prisonniers de guerre qu'il veut faire libérer, parmi lesquels Jean-Paul Sartre, dont il aurait facilité la libération selon Gilles et Jean-Robert Ragache. En 1944, il aide Jean Paulhan à s'enfuir.

Les œuvres de Drieu ont pour thèmes la décadence d'une certaine bourgeoisie, l'expérience de la séduction et l'engagement dans le siècle, tout en alternant l'illusion lyrique avec une lucidité désespérée, portée aux comportements suicidaires. Le Feu Follet (1931), La Comédie de Charleroi (1934) et surtout Gilles (1939) sont généralement considérés comme ses œuvres majeures.

Myosotis (n.m.), « Oreille-de-souris » : le Myosotis est un genre de plantes herbacées de la famille des Boraginacées. On en retrouve une centaine d'espèces dans les régions tempérées ou montagneuses à travers le monde.

Certaines espèces et variétés sont utilisées pour fleurir les jardins. Elles se ressèment facilement. Les espèces sauvages présentent des fleurs de couleur bleue, parfois rose ou blanche.

Le nom de genre Myosotis vient du grec μυοσωτίς, de μῦς, μυός, « souris » et οὖς, ωτός, « oreille », en référence aux feuilles arrondies et velues de ces plantes qui peuvent évoquer des oreilles de souris.

 

ENGLISH :

 

You Say, My Friend


‘You say that I am double,

But no, I am immense’

 

Pierre Drieu la Rochelle

 

 

You say, my Friend,

that I am ambiguous, sad, unpredictable,

but no, my Friend, I am protean,

sometimes immense, sometimes

smaller than a drop of rain.

 

In vain we seek

the secrets of eternal life,

we who are humble withered blades of grass,

anxious and shy

and swollen with the longing to weep.

 

We are vaguely, gently

rocked by endless nights

of dream upon dream until we reach the very end of dreams.

 

From ivory tower to ivory tower

in pursuit of divine virtues:

strength and purity,

searching for refined pleasures

fresh as oranges

and calm as a breeze, in the morning,

when the firmament is still hesitating

between mauve and rose-pink.

 

It seems as if

my whole body is a vibrant miracle

or, during the taming nights of time,

a golden funeral mask.

 

O Friend, we are those who love angels

with their bodies of pure light,

their eyes of sparkling forget-me-not

and their lilting voices,

pressing themselves sweetly

against the transparent petals

of our souls!

 

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

 

 

Mis à jour ( Jeudi, 14 Mars 2019 14:40 )