Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Toi, unie à ton silence - français

PDF
Imprimer
Envoyer

TOI, UNIE À TON SILENCE

Par un clair jour du printemps,

Tu quittes la maison

Et te diriges vers les champs

Où fleurissent les premiers perce-neige

En charmante compagnie des crocus bleus.

 

Chaque matin, fidèle à l’ordre universel,

Arrive l’aube

Et les jardins se pâment de bonheur.

 

Des arômes nocturnes

Enveloppent tes frêles épaules.

Le tremblement des premiers brins d’herbe

Laisse sur ton âme une si grande félicité.

 

Tu avances, silhouette élégante,

Comme les oiseaux qui traversent

La paisible clarté du paysage.

 

Je te regarde derrière la vitre embuée

Et une douceur plus suave que la douceur

De l’huile dans la veilleuse allumée,

Plus placide que le duvet des colombes,

Se saisit de mon âme enfantine.

 

Je te vois, unie à ton silence,

Avec tes mains luisantes

Qui ne savent plus comment

Exactement aimer.

 

Nous, ma sœur, ma douce capucine,

Inchangeables au cœur même du changement !

 

Ah, cette claire simplicité de la vie,

Ce soleil qui fait de tous les hommes

De la Terre des frères,

La divine clairvoyance de saint Porphyre

Qui savait qu’aimer

Est vraiment comprendre !

 

Et toi, ma petite joie aurorale,

Qui ajoutes un peu de lumière pure

A l’immense joie universelle !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 1 mars 2019

 

Glose :

Saint Porphyre (né le 7 février 1906 dans la province de Karystos, sur l’île d’Eubée, décédé le 2 décembre 1991 au mont Athos) est un saint orthodoxe, fêté le 2 décembre. C'est l’un des plus grands spirituels orthodoxes du XXe siècle.

De son nom civil Evángelos Baïraktáris (en grec moderne Ευάγγελος Μπαϊρακτάρης).C’est le quatrième enfant d’une famille pauvre. Très jeune, il part au Mont Athos et se met sous la direction de deux pères spirituels. Il devient peu après moine. À l’âge de 19 ans, une maladie le force à quitter le Mont Athos et à revenir en Eubée.

Il s’installe alors dans le monastère Saint-Charalambos. En 1926, il est remarqué par l’archevêque du Sinaï Porphyre III, de passage en Grèce, qui l’ordonne prêtre. C’est alors que le Père Porphyre reçoit le nom qui va l’accompagner durant le reste de sa vie. En 1928, il devient archimandrite.

Le Père Porphyre passe un peu plus de dix ans en Eubée, puis, en 1940, il part pour Athènes, où il devient aumônier de la Polyclinique de la ville. En 1955, il s’installe dans le petit monastère de Saint-Nicolas et, en 1979, à Milési où il va fonder plus tard le monastère de la Transfiguration. Il avait le don de clairvoyance.

Dans les dernières années de sa vie, il acquiert une immense réputation et reçoit la visite de plusieurs milliers de personnes de toutes confessions et de toutes conditions qui viennent lui demander conseil. Respectueux du caractère de chacun, il ne cherche jamais à imposer quoi que ce soit.

Devenu complètement aveugle en 1987, il sent la mort approcher et décide de revenir finir sa vie au Mont Athos où il a prononcé ses vœux monastiques. C’est là-bas qu’il meurt dans la sainteté le 2 décembre 1991.

Il est canonisé le 27 novembre 2013 par le Saint Synode du Patriarcat œcuménique de Constantinople. La liturgie solennelle de canonisation du nouveau saint a lieu le 2 décembre de la même année, en présence de plusieurs milliers de fidèles.