Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Emotion crépusculaire - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

ÉMOTION CRÉPUSCULAIRE

« D'un coeur léger, je plaçai une rose 
Si douce sur sa tige épineuse !
Et mon faux amant vola ma rose -
Mais, ah ! il m'en laissa les épines ».

 

Robert Burns

Ce soir, au crépuscule,

Assis à ma véranda,

Sous le chœur d’une armée de passereaux,

Je lis vos splendides poèmes,

Mon tendre frère en poésie,

Mon très cher Robert Burns.

 

Et c’est le flux et le reflux de l’univers,

Les courants retors du destin,

Un cœur à vif, des veillées funèbres,

Le cercle délétère

Dans lequel est enfermée ta brève existence,

Toi qui chantais à tue-tête !

 

Et cette émotion crépusculaire

Qui se saisit de mon âme

Et abolit l’inertie du cœur !

 

Ô verticale chronologie des jours :

La permanence des eaux,

L’incision des cris des enfants,

La flamboyante fureur des coquelicots,

L’ardeur monotone de l’été

Dans sa tunique incarnat,

Le fauve éclat de l’air

Où luisent les sourires

Des choses familières,

L’espace où commence l’espoir

Et les désirs qui prennent vie

Dans l’instant !

 

Ô cette parfaite limpidité

De tes strophes,

Ces sombres nuages

Collés à la peau rugueuse du temps !

 

La poignante vérité

Dans le dur labeur

De tes aïeux écossais !

 

Ô mon frère en Poésie,

Comme est chère à mon âme,

La désolation douce de tes vers,

Les couleurs éclatantes de tes rêves,

La ferveur renouvelé de l’amour !

 

Ah cette tremblante émotion

Dans la lourde ondulation des heures

Et les pourpres tourbillons du crépuscule !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 1er février 2019

 

Glose :

Robert Burns (1759-1796) est un poète écossais, symbole de l’Écosse. Il est le plus connu des poètes qui ont écrit en Scots, bien que la plus grande partie de son œuvre soit en anglais et en light scots, un dialecte plus accessible à un public non écossais.

Robert ne reçut qu'une instruction élémentaire et travailla la terre une grande partie de sa vie sans grand succès. Il s’installa à Édimbourg en 1786. Burns fut considéré par les milieux intellectuels et bourgeois comme poète-paysan. Ce statut ambigu n'alla pas sans un sentiment de malaise chez le poète, et certains poèmes en portent la marque. Grâce à l'éditeur James Johnson furent publiés entre 1787 et 1803 The Scots Musical Museum, plus de 150 chansons populaires écossaises d'origines diverses qu'il avait retravaillées. Entre 1793 et 1818 furent édités dans la Thomson's Collection les six volumes de A Select Collection Of Scottish Airs for the Voice, 114 autres chansons populaires.

En 1786 il publie Poems, Chiefly in the Scottish Dialect, premier recueil de poèmes en écossais. Le succès de l'ouvrage et la mort de sa fiancée Mary Campbell le dissuadent d'émigrer à la Jamaïque. Il part à Édimbourg. Le 26 août 1787, il est adoubé chevalier par Lady Catherine Bruce, vieille dame de 91 ans et descendante directe du roi d’Écosse Robert Bruce. En 1788, il épouse une fille du pays, Jean Armour, qui lui donnera neuf enfants.

Son œuvre, inspirée de la vie à la campagne, de la nature et de culture populaire est aussi nourrie de nombreuses références à la poésie classique et contemporaine. Son audace naturelle l'amena à refuser les normes critiques de son époque. Sa poésie, d'une grande sensibilité, a contribué à l'éclosion du romantisme. Il inspira la production de littérature dialectale dans d'autres pays d'Europe.

En plus de ses compositions originales, Burns a recueilli des chansons populaires provenant de toute l'Écosse, en les adaptant ou les réécrivant souvent.

 

ENGLISH :

 

Twilight Emotion

‘Wi' lithsome heart I pulled a rose
Full sweet upon its flowerin' tree
And my false lover he stole my rose
But ah! he left the thorn wi' me’

Robert Burns

 

This evening, at twilight,

sitting on  my veranda,

above me the chorus of an army of sparrows,

I read your wonderful poems,

my tender brother in poetry,

my very dear Robert Burns.

 

And it was the ebb and flow of the universe,

the unscrupulous currents of destiny,

bright hearts and burials,

the injurious circle

in which your brief existence was enclosed,

of which you sang so loudly!

 

And then a twilight emotion

took hold of my soul

and rid my heart of its inertia!

 

O, the vertical chronology of the days:

the permanence of waters,

the incision of children’s cries,

the blazing fury of poppies,

the monotonous ardour of the summer

in its crimson tunic,

the wild brightness of the air

where the smiles of familiar

things gleam,

the space where hope begins

and desires that come alive

in a moment!

 

O the perfect clarity

of your verses,

these dark clouds

clinging to the rough skin of time!

 

The poignant truth

in the hard labour

of your Scottish ancestors!

 

O my brother in Poetry,

how dear to my soul

are the sweet desolation of your poems,

the brilliant colours of your dreams,

the renewed fervour of love!

 

Ah, this trembling emotion

in the heavy undulation of the hours

and the purple eddies of dusk!

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

Mis à jour ( Mardi, 05 Février 2019 12:57 )