Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Mutus Liber - français

PDF
Imprimer
Envoyer

MUTUS LIBER

La chaste découverte de la vie,

La haute intelligence de la vertu,

Les corps traversés de ciselures solaires,

La force cachée du mercure philosophique,

Le soufre symbole du soleil !

 

Mon âme refuse l’alchimie,

Elle croit à la chaleur des mots,

À l’impérissable virginité des saints.

 

Je pense à tout cela

Dans l’anxieuse subtilité du soir

Debout face à la solitude mauve des heures.

 

Je crois à la divine simplicité de la vie,

Belle jusqu’au cœur de l’amour,

Je crois au parfum des roses

Qui vogue dans l’air lumineux,

Au Christ Maître du monde !

 

Je glorifie La Vierge

Avec des cithares et des violons,

Des harpes, des orgues et des guitares

Et il m’est joie de naviguer

Dans la douce musique des ombres.

 

Je crois à la glossolalie pentecostaire,

À l’effusion du Saint-Esprit

Et à la beauté de toutes les langues de la terre !

 

Ô ma jeune pauvreté,

Je crois à la langue

De saint Maxime le Confesseur.

 

Cette langue, le levier sonore

De la respiration du monde !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 25 janvier 2019

Glose :

Mutus Luber : le Mutus Liber, ou Livre Muet est un ouvrage de philosophie hermétique paru à La Rochelle en 1677. Il figure parmi les recueils majeurs d’alchimie de son époque, au même titre que l’Atalanta Fugiens de Michael Maier. Il fait régulièrement l’objet de nombreuses rééditions. Composé principalement de planches illustrées le Mutus Liber suscite des interprétations contradictoires. Son explication a longtemps été l’apanage d’auteurs comme Eugène Canselier et Serge Hutin, qui se revendiquaient alchimistes initiés. Des travaux plus récents s’attachent à l’étudier dans sa réalité historique.

La première édition du Mutus Liber date de 1677, chez Pierre Savouret à La Rochelle. Le tirage n’a pas dû dépasser quelques dizaines de livres. Douze exemplaires originaux sont conservés dans les principales bibliothèques occidentales. Il est possible que davantage d’exemplaires existent.

Dès 1702, une seconde édition avec de nouvelles gravures est faite à Genève sous la direction de Jean-Antoine Chouet et Jean-Jacques Manget.

Eugène Canseliet affirme qu’il a vu quelques pages d’une édition parisienne qui daterait de 1725. Mais cette édition n’est pas établie. C’est vers 1760 qu’une troisième version du Mutus Liber est entièrement gravée à neuf à Paris. Cette troisième édition est rarissime.

Tombé temporairement dans l’oubli, le Mutus Liber connaît un regain éditorial dans la seconde moitié du xixe siècle. Depuis le début du xxe siècle, les éditions se sont multipliées, parfois accompagnées de préfaces qui présentent plus ou moins clairement son contenu.

Mercure : le mercure philosophique, ou mercure des philosophes, ou Notre Mercure, est une substance hypothétique que les alchimistes distinguaient du mercure métallique (appelé par eux mercure vulgaire ou commun). Dans sa portée symbolique liée à l’hermétisme, c'est le principe féminin générateur du monde.

Glossolalie pentecostaire : du grec ancien γλῶσσα / glỗssa, « langue » et λαλέω / laléô, « bavarder ») est le fait de parler ou de prier à haute voix dans une langue, ayant l'aspect d'une langue étrangère, inconnue de la personne qui parle, Elle se distingue de la xénoglossie ou xénolalie qui est le fait de parler, sans l'avoir apprise, une langue existante. Des phénomènes de glossolalie ont été rapportés dans le christianisme.

Pour les chrétiens, la glossolalie correspond au « parler en langues » (langues existantes), phénomène décrit dans les Actes des Apôtre (II, 6). Il s'agit parfois de la « langue des anges » (glossolalie vraie).

La Pentecôte (du grec ancien πεντηκοστὴ ἡμέρα / pentêkostề hêméra, « cinquantième jour ») est une fête chrétienne qui célèbre l'effusion du Saint-Esprit, cinquante jours après Pâques, sur un groupe de disciples de Jésus, suivant un épisode figurant dans les Actes des Apôtres.

Cette fête clôt le temps pascal. Sa célébration est attestée localement à partir du IVe siècle.

Saint Maxime le Confesseur Maxime le Confesseu (580 – 662) était un moine et théologien byzantin. C'est un Père de l’Église chrétienne « indivise », célébré le 21 janvier par les orthodoxes, et inscrit au martyrologe catholique à la date du 13 août (au jour de sa mort)..

Maxime aurait été, à trente ans, Premier Secrétaire à la cour de l'empereur Héraclius. Il serait devenu moine en 613, au monastère de Chrysopolis. À la suite de l'invasion du Proche-Orient et de l'Égypte par les Perses sassanides, il se réfugia à Carthage en 626.

En 633, à la demande de l'empereur Héraclius qui cherchait, face à la menace des Perses, à se concilier les populations de Syrie et d'Égypte, majoritairement ralliées au monophysisme, le patriarche de Constantinople Serge rédigea un Pacte d'union, compromis possible avec le duophysisme (double nature du Christ) proclamé au concile de Chalcédoine, en précisant qu’il n’y avait en Jésus qu’une seule volonté (θήλεμα) et une seule énergie (ένέργεια), d’où les termes monothélisme et monoénergisme.

Maxime s'impliqua dès lors totalement dans le combat contre ce qu'il considérait comme une nouvelle hérésie, à Constantinople, en Afrique et à Rome, en défendant l'orthodoxie du concile de Chalcédoine. En 645, il parvient au cours d'un débat, à Carthage, à faire revenir le successeur de Serge, Pyrrhus, vers l'orthodoxie.

Maxime séjourna à Rome jusqu'en 653. Par la suite, les variations doctrinales des empereurs byzantins tournèrent en sa défaveur. En 653, il fut arrêté par Constant II en même temps que le pape Martin. Cet incident fut une étape importante de la séparation des Églises d’Orient et d’Occident.

Lors de son procès à Constantinople, il fut exilé sur les rives de la mer Noire, en 655. Il refusa les offres de pardon et de réconciliation de l'empereur. Il fut convoqué à Constantinople en 662, et jugé à nouveau par les évêques et les sénateurs byzantins. « On le tortura, on lui arracha la langue, on lui coupa la main droite, pour s'assurer de son silence. Puis on l'exila en Lazica. Il mourut, le 13 août 662, à plus de quatre-vingts ans, dans les contreforts du Caucase… ».

Mis à jour ( Jeudi, 24 Janvier 2019 16:13 )