Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Les pommes d'Idunn - français

PDF
Imprimer
Envoyer

LES POMMES D’IDUNN

Ad finem fortiter omnia suaviter

Il y a des maisons pleines de douceur

Où vivent des hommes

Qui marchent dans la paix.

 

Des maisons où les chambres

Ont une suave odeur de lait et de roses.

 

Il y a des mots dans les matins d’été

Plus juteux que des cerises mûres

Et il y a toi, mon amie, au goût

De fraises rouges et de fruits de la passion.

 

Je veux embrasser la vervelle

Que tu portes au cou, mon amie,

La petite vervelle en or,

Don intime de ta grand-mère

Qui porte ton nom printanier.

 

Verse dans mon verre de grès

Le vin de ta vie,

Verse-le, mon amie, –

Je le boirai en remerciant le destin.

 

Comme les dieux nordiques

Je mangerai une pomme d’Idunn

Pour retrouver ma jeunesse.

Pour devenir comme ce doux vent de mai

Qui se promène, pieds nus,

Parmi les arbres en fleurs

Et ouvre et ferme le jour et la nuit.

 

Ah, cette rosée blanche et moite

Tremblant au petit jour

Sur chaque brin d’herbe.

 

Ô mots, jetez-vous dans la faille des cœurs,

Ouvrez les abîmes du silence,

Au fond est la perle

De l’ordre primordial de l’univers.

 

Ah, écouter battre le cœur de l’univers

Qui le peut authentiquement, sinon le poète ?

 

Athnase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 23 janvier 2019

 

 

Glose :

Pommes d’Idunn : dans la mythologie nordique, les pommes d'Idunn (ou pommes de jouvence) appartiennent à la déesse de la jeunesse Idunn.

Elles ont le pouvoir de rajeunir qui en mange, et comme les dieux nordiques sont mortels, quand ils se sentent vieillir, ils mangent une de ces pommes et rajeunissent aussitôt.

Ad finem fortiter omnia suaviter, locution latine qui signifier « (Aller) vers le but courageusement et toujours en douceur ».

Vervelle (n.f.) : du latin populaire vertibellum. Sorte d’anneau qu’on met au pied d’un oiseau de fauconnerie et sur lequel on grave le nom ou les armes de celui à qui l’oiseau appartient. Rivet qui servait à attacher un camail de maille. Le camail est une cagoule en mailles pour protéger la tête.