Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Le gui - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

LE GUI

 

Viens, donne-moi ta frêle main,

Ensemble pénétrons la dense forêt

Où habite, caché

Sous les branches robustes

Des sages chênes séculaires,

Le silence des dieux.

 

C’est là que, guidés

Par les druides, nous couperons

Le gui sacré, la plante antique

Réservés aux seuls amoureux !

 

Le gui magique qui apporte longue vie,

Prospérité et fertilité

Dans nos austères demeures gauloises !

 

Avec le silence, il vient boire

De l’eau vive sur nos lèvres

Et converser avec la flamme liquide

Et les ombres calcinées

Couchées sur les cendres ardentes

Des âtres antiques.

 

Le prodige du gui,

C’est le jour naissant

Sur la spacieuse véranda

Où flotte la claire rumeur

Des objets aimés.

 

La vaste véranda par où

Les embruns solaires des voix

Des intrépides adolescents

Entrent jusqu’à nos lits.

 

Le gui qui dort dans les pupilles de la nuit

À côté des heureuses mésanges bleues

Et des vigoureuses sittelles chamoisées !

 

Ô calme éternel,

Ô juste et plaisante union de l’âme

Avec tout ce qui vit et espère

Dans le radieux oubli de soi !

 

Ô anges, messagers de lumière,

Penchés avec une douce délicatesse

Sur mon cœur où brillent

Des milliers de soleils de tendresse !

 

Viens, donne-moi ta main

Débordante de chaleur aérienne !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 3 janvier 2019

 

Glose :

Gui – Viscum album – (n.m.) : le Gui (aussi appelé Gui blanc ou Gui des feuillus, même si on le trouve parfois et localement sur des résineux) rst une espèce de plante parasite (hémiparasite), qui ne possède pas de racines mais se fixe sur un arbre hôte dont elle absorbe la sève à travers un ou des suçoirs.

Il s'agit d’un sous-arbrisseau de la famille des Santalaceae. C'est une plante épiphytes ; elle est dite « hémiparasite » parce qu'elle ne prélève presque que de la sève brute (eau et sels minéraux). En principe, le gui n'attaque pas les cellules de l'arbre parasité, il ne décompose pas le bois même s'il en diminue la qualité pour l’utilisation par l’homme.

Ses fruits apparaissent en hiver quand la nourriture se fait rare. Toxiques pour l'homme, ils sont appréciés de certains oiseaux (grive notamment, mais aussi mésange bleue (Cyanistes caeruleus) ou sittelle torchepot (Sitta europaea). Ces oiseaux participent à la dissémination du gui par leur fiente contenant des graines non digérées.

 

Autrefois récolté par les druides, c'est en Europe une plante traditionnelle qui, avec le houx, sert d'ornementation pour les fêtes de Noël et de fin d'année. Les francophones l'appellent aussi bois de Sainte Croixgluverquetblondeauguvert de pommierbouchon.


Le baiser sous le gui le soir du 31 décembre est réservé aux amoureux, ou à ceux qui ne le sont pas encore. Les druides pensaient que le gui était une plante sacrée qui apportait longue vie, fertilité et prospérité.


Les Grecs associaient le gui à Hermès, grand messager de l'Olympe.


Du temps des Gaulois, les druides allaient en forêt pour couper le gui sacré le sixième jour de l'année celtique. ... Les Gaulois le nommaient "celui qui guérit tout". C'était le gui cueilli sur le chêne — chose rare — qui était recherché.

 

Chamoisé, chamoisée (adj.) : Qualifie un animal dont la robe ou les plumes ressemblent à celle du chamois.

 

ENGLISH :

 

Mistletoe

 

Come, give me your fragile hand,

let us enter the forest together,

where the silence of the gods

is hidden beneath the sturdy branches

of wise secular oaks.

 

There, guided

by druids, we will gather

the sacred mistletoe, the ancient plant

reserved only for lovers!

 

The magic mistletoe which brings long life,

prosperity and fertility

into our austere Gallic homes!

 

With the silence, it comes to drink

from the living water on our lips

and to converse with the liquid flame

and the blackened shadows

which lie upon the fiery ashes

of ancient hearths.

 

The miracle of mistletoe

is when day is born

on the spacious veranda

among the bright drifting murmur

of beloved things.

 

The vast veranda through which

the sunlit spray of the voices

of fearless adolescents

penetrates as far as our beds.

 

The mistletoe which sleeps in the pupils of the night

beside the happy blue tits

and the lively fawn nuthatches!

 

O eternal calm,

O just and pleasant union of the soul

with all that lives and hopes

in the radiant forgetting of self!

 

O angels, messengers of light,

inclining with a gentle delicacy

over my heart where

thousands of tender suns are shining!

 

Come, give me your hand

overflowing with ethereal warmth!

 

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy By Norton Hodges

Mis à jour ( Dimanche, 06 Janvier 2019 13:37 )