Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Celui qui rêve - français

PDF
Imprimer
Envoyer

CELUI QUI RÊVE

« Toi qui es encore présent,
comme une étoile cachée par sa propre lumière »

José Gorostiza

I.

Celui qui rêve s’habille

Du manteau argenté de la lune,

Marche, orné de fleurs de cire,

Vers la lumière de l’Orient

Et s’élève dans l’éternité

Avec tous les fruits de son âme !

 

Là où chaque mot est un glaive de feu,

Là où le nom de l’aimée est un parfum

Dans un vase clos.

Là où ses lèvres posées sur les miennes
Sont le ciel qui m’embrasse.

 

II.

Ô ange, avant de t’en aller

J’aimerais couper quelques boucles

De tes cheveux d’aube

Pour les enfermer dans la pyxide d’or

De mon cœur dévoué,

Mon cœur qui ouvre

Sans que nul ne puisse le fermer

Et ferme sans que nul ne puisse l’ouvrir.

III.

 

Cette gelée blanche de janvier

Sur les jeunes rameaux des sapins,

Les rafales du vent,

Les sanglots du clavecin

Dans l’immense et impalpable nuit

Et ces voix anciennes

Qui butent contre la poitrine.

 

Et ivre du scintillement

Des suaves flocons de neige,

Je vois la musique

De la lumière céleste

Vibrant dans l’air

Lavé des bouleaux

Et entends la douceur de la blancheur.

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 31 décembre 2018

 

Glose :



José Gorostiza (1901-1973) est un poète, écrivain, professeur, fonctionnaire et diplomate mexicain. En dépit d’une œuvre rare, il est reconnu au sein des lettres hispaniques pour sa poésie moderne, en particulier le long poème Muerte sin fin (Mort sans fin). En 1954, il est élu à l'Académie mexicaine de la langue (Academia Mexicana de la Lengua), où il occupe le siège 35 jusqu'à sa mort en 1973. En 1964, il reçoit Prix Mazatlán de littérature et, en 1968, le Prix National des Sciences et des Arts), remis à un individu ayant grandement contribué à l'enrichissement du patrimoine culturel et scientifique mexicain.

Fleur de cire, hoa ou fleur de porcelaine - Hoya carnosa – plante vivace d’appartement aux tiges grimpantes de 1 à 3 m, aux fleurs blanches à rosées et au feuillage persistant appartenant à la famille des Asclépiadacées.

 

Pyxide (n.f.) : la pyxide (du latin pyxis, - pyxidis, « coffret ») est un vase sacré en forme de boîte utilisé pour conserver la réserve eucharistique (les hosties consacrées). La pyxide peut être en ivoire, éventuellement sculpté, ou en métal précieux ou doré.

 

 

 

 

Mis à jour ( Lundi, 31 Décembre 2018 21:48 )