Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

ANTIPHONE (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

ANTIPHONE

A Eileen Hodges 

« Seigneur notre Dieu, Toi dont la Force est invincible, la Gloire incompréhensible, la Miséricorde infinie et l’Amour pour l’homme ineffable, Toi Maître, jette selon Ta Bonté un regard sur nous et sur cette sainte maison. Répands sur nous et ceux qui prient avec nous, l’abondances de Tes Miséricordes et de Tes Tendresses ».

            Premier antiphone extrait de la Divine Liturgie des catéchumènes de notre père parmi les saints Basile le Grand

 

Il tourne sa face vers l’autel, s’incline,

Se prosterne !

Son cœur s’agite dans sa chair,

Sa main liliale frissonne !

 

Puis,

Soudainement,

Comme une envolée d’oiseaux blancs

Sa palpitante voix s’élève au-dessus

Des lumières du silence !

 

« Seigneur notre Dieu, sauve Ton peuple

Et bénis Ton héritage. Garde la plénitude de Ton Eglise,

Sanctifie ceux qui aiment la beauté de cette maison.

Glorifie-les en retour par Ta divine Puissance

Et ne nous abandonne pas,

Nous qui espérons en Toi ! »

 

A présent, je sais !

J’ai la coeur taillée en forme de lyre !

Une harpe de louange, un luth d’eau vie !

 

Ô lune d’été dans le diamant des frênes,

Lys qui faites frémir l’air animé

Autant qu’un murmure de la mer !

 

J’écoute ! Je sanglote !

Derrière la colonne de porphyre rouge

Tout est silence et baisers !

 

Mourir, ici, dans le calice de la Divine Liturgie,

Dans les corolles de ses mots séraphiques !

Renaître comme le buisson de a myrrhe

Sur les pieds de l’Aimé!

 

Boire la sève de la Terre

Au fond d’un puits

Où les étoiles viennent déverser

Les fleuves de leur amour !

 

Mère,

Toi aussi tu veilles !

Ne t’endors pas, Mère,

Hume la bonne senteur

Des paroles printanières !

 

Ne condamne plus ! Ressuscite !

Qui ne voudrait revenir pur de ses larmes ?

 

Âme, ne demande plus
Mon visage !
Il n’est plus qu’un souffle,
Une clarté exaltée,
Un fil mélodieux de tendresse,
Âme !

       Athanase Vantchev de Thracy

A Paris, ce mardi 30 novembre, Anno Christi MMIV

Je dédie ce poème à Madame Eileen Hodges, l’heureuse mère de l’un des plus grands poètes
de Grande-Bretagne. Ce fils qui a élevé sa famille vers la lumière, qui a ennobli sa race et
immortalisé son nom ! Car le Seigneur l’a appelé pour être son Ami et son Chantre. Ah, 
comme sont insondables les voies du Seigneur !

Eileen, Elaine, Ellen : variantes britanniques du prénom Hélène. Hélène : du grec hélé,
« éclat du soleil ». La sainte Patronne des Hélène est sainte Hélène, concubine de l’empereur
romain Constance Chlore auquel elle a donné un fils, l’empereur Constantin le Grand. C’est
ce dernier qui fit du christianisme la religion officielle de l’Empire romain.

Glose :

Antiphone (n.m.) : du grec antiphônos, « qui résonne en réponse », « qui répond à », « qui
accompagne ». Exemple extrait de Sophocle : « mê m’antiphônei mêden » (« ne me réponds
rien). Hymne répétée par les deux chœurs pendant l’Office. Antiphone est synonyme d’antienne.

La Divine Liturgie de saint Basile le Grand contient 14 parties :

  1. Liturgie des catéchumènes
  2. Petite entrée
  3. Trisagion 
  4. Lecture et prédication
  5. Prière pour les catéchumènes et renvoi
  6. Synaxe Eucharistique
  7. Grande entrée
  8. Prière de l’Offrande
  9. Baiser de paix et Credo
  10. Anaphore
  11. Epiclèse
  12. Communion
  13. Conclusion
  14. Action de grâce des célébrants

Catéchumène (n.m.) : du grec katêkhoumenos, « catéchisme ». Personne qu’on instruit dans la foi chrétienne, pour la disposer à recevoir le baptême. Prosélyte. Catéchuménat.

Trisagion (n.m.) : du grec tris, « trois » et agios, « saint », c’est-à-dire « trois fois saint ». Invocation liturgique où est répété trois fois le mot « saint » :

« Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous. Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous. Saint Dieu, saint Fort, Saint Immortel, aie pitié de nous. Gloire au Père et au Fils et au Saint Esprit maintenant et toujours et aux siècles des siècles. Amen. Saint Immortel, aie pitié de nous. Saint Dieu, Saint Fort, Saint Immortels aie pitié de nous ».

Le Trisagion est très fréquent dans tous les offices de l’Eglise d’Orient.

Epiclèse (n.f.) : du grec epiklêsis, epikleôs, « nom ajouté ou substitué à un autre », « action d’en appeler à », « invocation », « prière ». Il s’agit, en effet, de la demande faite par le prêtre au Père d’envoyer son Saint-Esprit « sur nous et sur les dons présentés ici », et de faire du Pain et du Vin le Corps et le Sang du Christ.