Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Le poème - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

LE POÈME

« Même le plus friable
des mots
a des racines dans le soleil
comme le matin
des barques sur la mer. »

 

Eugénio de Andrade

 

Peut-être le poème

Est-il ce petit bateau blanc

Qui vogue, sans trop savoir

Où il va, sur le riche bleu de la mer.

 

Peut-être est-il ces frissons lumineux

Au milieu d’une grande nuit d’été

Lourde de sonores sortilèges.

 

Un petit navire à la frontière transparente

Du palpable et de l’impalpable,

Du lourd et de l’aérien

 

Une étoile claire et un sourire splendide,

Morceau de matière dure

Et fragment de clarté.

 

Une fugitive caresse silencieuse

Sur le visage d’un monde

En constante ébullition.

 

Le baiser ardent d’un amant

Sur le front troublé

D’une enfant encore vêtue de pureté !

 

Ou, tout simplemeni,

Des tremblements d’énigmes lumineuses !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 21 décembre 2018

 

Glose :

Eugénio de Andrade, de son vrai nom José Fontinhas (Póvoa de Atalaia), né le 19 janvier 1923 à Fundão et mort le 13 juin 2005 à Porto, est considéré par de nombreux critiques et spécialistes comme l'un des poètes majeurs de langue portugaise.

Eugénio de Andrade écrivit ses premiers poèmes en 1936 et publia son Narciso (Narcisse) en 1939, à l’âge de seize ans. Après avoir vécu à Lisbonne de 1932 à 1943, il partit pour Coimbra afin d'y accomplir son service militaire, rencontrant à cette occasion Miguel Torga et Eduardo Lourenço. Enfin, il déménagea à Porto en 1950, où il vécut le restant de sa vie, travaillant en tant qu’inspecteur au ministère de la Santé.

En 1948, après la parution de As mãos e os frutos (Les Mains et les Fruits), il devint célèbre dans son pays, son œuvre ayant été très bien accueillie par des critiques tels que Jorge de Sena et Vitorino Nemésio. Auteur prolifique, il publia des dizaines de livres et aborda tous les genres littéraires. De son œuvre poétique, signalons Escrita da Terra (Écrits de la terre), 1974 ; Matéria solar (Matière solaire), 1980 ; O sal da língua (Le Sel de la langue), 1995 ; et O Peso da sombra (Le Poids de l’ombre). En prose, on peut d'abord retenir Os afluentes do silêncio (1968), Rosto precário (1979) et À sombra da memória (1993). Sans oublier ses contes pour enfants : História da égua branca (1977) et Aquela nuvem e as outras (1986).

Malgré sa renommée, qui dépassait les frontières du Portugal, Eugénio de Andrade est resté un homme solitaire, fuyant les mondanités ; il expliquait ses rares apparitions publiques par « cette faiblesse du cœur qu’on appelle l’amitié ».

De son vivant, il reçut d’innombrables distinctions, parmi lesquelles le Prix de l’Association internationale des critiques littéraires (1986), le Grand Prix de poésie de l'Association portugaise des écrivains (1989) et le Prix Camões en 2001.

Il meurt le 13 juin 2005, à Porto, à la suite d’une longue maladie.

 

ENGLISH :

 

The Poem

‘Even the most friable

of words

has its roots in the sun

like the mornings

of boats on the sea’

Eugenio de Andrade

 

Perhaps the poem

is this small white boat

sailing, without really knowing

where it’s going, on the rich blue of the sea.

 

Perhaps it is these thrilling luminous sensations

felt in the middle of a vast summer night

heavy with the echoes of magic spells.

 

A little ship on the transparent frontier

of the tangible and the intangible,

the earthbound and the ethereal,

 

a bright star and a beautiful smile,

a piece of resistant matter

and a fragment of light.

 

A fleeting silent caress

on the face of a world

in a constant state of turmoil.

 

The passionate kiss of a lover

on the troubled forehead

of a little girl still clothed in purity!

Or, quite simply,

enigmas,  pulsating, full of light!

 

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

Mis à jour ( Dimanche, 23 Décembre 2018 15:01 )