Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

GRADU DIVERSO, UNA VIA - français

PDF
Imprimer
Envoyer

 

 

 

GRADU DIVERSO, UNA VIA

« Toi qui erres et qui cherches et qui comprends,
Tu n'as plus d'autre guide que les yeux des mots. »

 

Ahmed Fouad Najm

 

Couronné de feuilles d’or brun, frais, subtil et taquin,

Le petit vent d’automne se promène joyeusement

Dans les rues ouvertes aux baisers du ciel.

 

Tout est clarté quand la plume

Est un flux jaillissant de paroles de diamant.

Inspiration divine, seul espoir

Contre tout espoir.

 

Le temps de novembre, taciturne, généreux et gai,

Tout plein d’une transparente élégance,

Saisi d’un éclair de bonté,

Se repose calmement aujourd’hui

Dans les livres qui s’étagèrent sur les murs

Et fait basculer le monde

Dans une grâce lumineuse.

 

Ô mots, puis-je ciseler votre beauté

Comme un noble orfèvre cisèle

La candeur des jours !

 

Ou, comme l’immortel grammairien

Priscien de Céasrée,

Consacrer mes dits à de grandes choses

Et de vastes pensées.

 

Car une vie n’existe que si l’on trouve

Le bon ordre des mots pour la raconter.

 

Ô Ahmed, ô cette nuit de poésie

Mon cœur dans le chant bleu vert des minutes

Jusqu’au sel blanc de leurs frissons !

 

Moi, Ahmed, moi qui suis créé à l’image de Dieu !

 

 

Athanase Vantchev de Thtacy

 

Paris, le13 décembre 2018

 

Glose :

Gradu diverso, una via – expression latine qui signifie « La même route par des pas différents ». Tout le monde parcourt la route de la vie, mais à vitesse et allure différentes.

 

Ahmed Fouad Najm ou Negm ou Negem (أحمد فؤاد نجم), né le 22 mai 1929 et mort le 3 décembre 2013, est un des plus grands poètes égyptiens.

 

Cet Ambassadeur des pauvres, selon les Nations Unies (2007), est connu pour ses poèmes révolutionnaires et pour ses critiques virulentes envers les présidents égyptiens et les chefs arabes, ce qui lui a coûté 18 ans de prison. Mais cela ne l'a pas empêché d'écrire des poèmes même en prison. Il a travaillé notamment avec son ami Cheikh Imam, chanteur des pauvres

 

Priscien de Césarée, en latin Priscianus Caesariensis, est un célèbre grammairien latin du VIe siècle.  On pense depuis le Moyen Âge qu'il est né à Césarée de Maurétanie, aujourd'hui Cherchell, en Algérie vers 470, sous la domination vandale. Exilé ou réfugié, il s'installe à Constantinople où il tient à partir de 525 une école latine publique renommée. On ignore sa date de décès..

Son principal ouvrage est sa grammaire (Institutiones grammaticae), qui a été la base de l'enseignement à partir de la renaissance carolingienne sous l'impulsion d'Alcuin. Les copies manuscrites des Institutiones grammaticae se multiplient alors : on en connaît 61 manuscrits complets ou fragmentaires écrits entre 790 et 900, tandis que les plus récents se comptent par centaines. La grammaire était l'une des disciplines du trivium, base de l’éducation au Moyen Âge.

Les Institutiones grammaticae en dix-huit livres suivent un plan que Priscien veut novateur3 :

  • Livre I, début du livre II : le son, la lettre, la syllabe
  • Livres II à XVI : les parties du discours
  • Livres XVII et XVIII : la construction ou syntaxe, partie d'étude qui est une innovation

On a en outre de lui quelques autres petits écrits sur des sujets de grammaire (accents, mètres, déclinaisons), un traité en vers De ponderibus et mensuris, la Périégèse ou traduction en vers de Denys le Périégèse, l'Éloge d'Anastase, etc.

Trivium : le trivium correspond à trois des sept arts libéraux de l'enseignement médiéval, regroupant la grammaire, la rhétorique et la dialectique. Les quatre autres arts libéraux constituent le quadrivium :  arithmétique, musique, géométrie, astronomie.