Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Jean de Salisbury - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

JEAN DE SALISBURY

 

Je vous aime

Jean de Salisbury,

J’aime votre Métalogicon,

Cette vibrante défense de la foi,

De la philosophie

Et des choses essentielles,

Où vous parlez de manière ornée

En vous servant de tropes hautement obscurs.

 

Concordia discor,

Harmonie de l’écriture,

Plaisir et savoir

Sous la forme d’une beauté complexe.

Cette suprême esthétique de l’apaisement,

Ce goût incomparable

Pour l’immatériel !

 

Toi qui crois à l’éveil de l’esprit

Et à l’apprentissage des mondes abstraits !

Toi qui aspire à un langage unique

Et aux lois universelles !

 

Votre argumentation

Qui ne laisse rien dans l’ombre

Et votre entraînante force de conviction,

L’inflexibilité de votre belle volonté

Et l’enchaînement de vos actions

D’une sublime noblesse !

 

Vous qui, avec tant d’érudition et de grâce,

Opposez aux frivolités du monde et de la cour

Les solides enseignements de la philosophie !

 

J’aime aussi les Romains

Qui, quand ils se passionnaient

Pour une belle statue,

Commandaient une bonne copie

Et la faisaient signer

« Phidias »  ou « Praxitèle ».

 

Mais il est tard, Jean de Salisbury,

Le sommeil pèse sur mes paupières

Et les referme sur des beaux songes à venir.

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 7 novembre 2018

 

Glose :

Jean de Salisbury (Joannis Saresberiensis ou Joannis Sariberiensis) né vers 1115 à Salisbury dans le comté du Wiltshire en Angleterre et mort en 1180, est un philosophe et historien, grand voyageur membre de l’École de Chartres.

Jean de Salisbury fait ses études en France où il bénéficie du patronage du comte Thibaud IV le Grand (1090/1095, mort le 10 janvier 1152). Étudiant à Paris, il y prend des leçons de logique, dès 1136, avec Pierre Abélard (1079-1142). Il poursuit ses études à la prestigieuse école cathédrale de Chartres, approfondissant la logique sous la direction de Robert de Melun (mort en 1167) et la grammaire sous celle de Guillaume de Conches (vers 1080 – 1150) jusqu'en 1148. Dans cette cité, Jean de Salisbury peut disposer de plusieurs traductions d'ouvrages savants, entre autres celle de l’Isagogè de Porphyre de Tyr et celles du médecin syriaque Hunan ibn Ishaq ainsi que, probablement, d'une bonne partie de la logique d'Aristote.

Il traverse dix fois les Alpes pour s'enquérir des avancées des universités italiennes, mais aussi pour se rendre à Rome en pèlerinage et surtout en diverses missions pour son pays natal. Il en remplit de nombreuses à Rome auprès d’Eugène III et d’Adrien IV.

Secrétaire et ami de Thomas Becket, alors chancelier d’Angleterre, il est notamment chargé des relations de l'archevêché avec la papauté. Il rend, dans sa Vie de Thomas Becket, un hommage posthume à celui qu’il conseilla de nombreuses fois.

Pendant le conflit et l'exil de 1164 de Thomas Becket, Jean réside dans l'abbaye Saint-Rémi de Reims, dont l'abbé était alors Pierre de Celle.

Il enseigne à Oxford au terme de sa vie diplomatique, avant 1170.

Il succède à Guillaume aux Blanches Mains sur le siège épiscopal de Chartres de 1176 à 1180.

 

Outre le fameux Metalogicon, Jean de Salisbury est l’auteur de  Policraticus, de Nugis curialium et de vestigiis philosophorum une sorte d’encyclopédie morale, en huit livres.

 

ENGLISH :

 

John of Salisbury

I love you,

John of Salisbury,

I love your Metalogicon,

this rousing defence of faith,

of philosophy

and of essential things,

where you speak in an ornate style

using highly obscure tropes.

 

Concordia discor,

harmony of writing,

pleasure and wisdom

couched in a form of complex beauty,

this supreme aesthetic serving the alleviation of suffering,

this incomparable taste

for the immaterial!

 

You who believe in the awakening of the spirit

and in adherence to the teachings of abstract worlds!

You who aspire to a unique language

and to universal laws!

 

Your reasoning

which leaves nothing in shadow

and the stirring force of your conviction ,

the inflexibility of your fine will

and the perfect sequence of your

supremely noble actions!

 

You who, with so much erudition and grace,

oppose to the frivolities of the world and the court

the solid teachings of philosophy!

 

I also love the Romans

who, when they were passionate

about a beautiful statue,

ordered a good copy

and had it signed

‘Phidias’ or Praxiteles’.

 

But it’s late, John of Salisbury,

sleeps weighs on my eyelids,

gradually closing them upon beautiful dreams to come.

 

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

Mis à jour ( Jeudi, 22 Novembre 2018 12:50 )