Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

ANAMNESE (français)

PDF
Imprimer
Envoyer

 

 

        Saint Cyrille et son frère saint Méthode

 

ANAMNESE

« Le prêtre : Il est grand le mystère de la foi.

L’assemblée : Nous proclamons Ta mort, Seigneur Jésus,
Nous célébrons Ta résurrection,
Nous attendons Ta venue dans la gloire. »

            Acclamation d’anamnèse

 

Tu es ma Rose trempée
Dans le sourire et le sang de mon cœur !
Comme il fait sombre quand Tu es absent,
Comme l’assemblée des mots
S’arrêtent au seuil de la gorge !

 

Ô ma vie, citadelle ténébreuse
Bâtie avec les pierres du passé,
Battue par les tempêtes,
Fouettée par les vents,
Glacée, abandonnée, triste !

 

Et cette passion qui me brûle de dedans,
Fureur de beauté, désir vertigineux
De chose céleste ! Ô abîme extrême,
Kénose impensable,

Anéantissement éblouissant !

 

Toi, le Chevalier de l’Aube,
Le Prêtre des Etoiles,
Le Pantocrator !

 

Fleuris, ô toi, route toujours verte
De la mémoire !

Cœur dans le cœur,
La nuit s’illumine !

 

Toi, figuier chargé de figues,
Petits soleils mystiques
Au bout de branches heureuses !

 

Mémoire de la source !

Une douleur entière,
Simple, immense, imprévisible
Dans la saison bleue des prunelles.
Un chagrin irrésistible
Qui habille la blanche nudité
De l’âme !

 

Anamnèse de lys !
Invisible !
Réel ! Total ! Là !

 

Parle,
Je suis tout entier à Toi,
Dis !

Et que l’automne  aux phylactères d’or,
S’ouvre sur les fruits suaves
De phrases splendides, de mots
Jamais encore prononcés !

 

Parle ! Ô Vie qui coule en moi !
La nuit d’abandon, l’extrême nuit,
Dans le marbre dur du temps pourpre,
Dans la fièvre où je suis enfermé.

 

Un frisson,
Un tremblement,
Toi,
La Porte et la Clé !

 

Seigneur des humbles,
Aie pitié de moi !

 

            Athanase Vantchev de Thracy

Paris, ce mardi 28 décembre, Anno Christi MMIV

Glose :

Anamnèse (n.f.) : du grec anamnesis, « souvenir », « mémorial », « action à rappeler à la
mémoire ». Il s’agit d’un acte rendant actuel un événement du passé ou même à venir, en le
rappelant non seulement à la mémoire des hommes mais aussi à celle de Dieu. Au cours de la
Liturgie Eucharistique, pendant la Liturgie des fidèles, l’anamnèse rappelle à la mémoire de
l’assemblée l’œuvre de salut que Dieu a accompli pour nous et tous les grands mystères de la
foi : Passion, Résurrection, Ascension, Session à la droite du Père et Seconde venue du Christ.
(Corinthiens, I, 11,24 ; Corinthiens II, 23-25), (Matthieu XXVI, 26-28 ; Matthieu, XXVIII, 20), (Marc XIV, 22-25), (Luc XXI, 1929). Ce terme se rapporte au commandement du Christ : « Faites ceci en mémoire de Moi ».

Kénose (n.f.) : du verbe grec kenô-ô, « vider, évacuer, ôter, enlever ». Acte par lequel le
Christ, assumant la condition humaine, par son Incarnation, s’est dépouillé de Ses
prérogatives divines, littéralement « se vida », « s’anéantit » (Epître aux Philippiens, II, 5-11).

Pantocrator (n.m.) : du grec pantokratôr, pantokratoros, « tout-puisstant ». Le type du
Christ Pantocrator est la représentation du Christ la plus ancienne et la plus répandue. Le
Christ apparaît comme le Tout-Puissant, le Juge Miséricordieux, « Celui qui donne vie à
l’être ». Généralement représenté en buste, Il lève la main en signe de bénédiction et porte
l’Evangile dans l’autre main.

Phylactère (n.m.) : mot grec. Banderole (rouleau) déroulée où sont écrites des indications sur
la vie du saint ou bien des paroles qu’il a prononcées. Etui dans lequel on renferme des textes
sacrés du judaïsme.