Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Les cigales - français

PDF
Imprimer
Envoyer

LES CIGALES

À Maurice Scève

 

Cette emphase sensuelle des cigales

Près du lac à l’eau d’un argent mat ;

 

Pendant que tu fais l’éloge appuyé

De l’aquaponie

J’admire la transparence vaporeuse du matin

Qui joue avec les feuilles nervurées des platanes !

 

Des vers sonores du Délie de Scève

Résonnent dans ma tête émerveillée !

Ces mots qui palpitent de vie,

Craquent, s’arrachent, crient

Pleins de nostalgie et de lumière

Dans le vin léger de ce jour !

 

L’orchestre des étourneaux raie le cristal de l’air !

Je m’accointe doucement des blessures de ce monde

Et de la communion d’un nouvel univers.

 

Ange, vous mon paradis taciturne,

Avec la fraîcheur de vos lèvres

Et les fines dentelles de vos sourires !

 

Je reste debout, face au soleil,

Heureux comme une petite fleur des champs

Que la douce brise couvre de baisers bleus

Sous le chant extatique des cigales.

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 27 septembre 2018

Glose :

Aquaponie (n.f.) : le mot aquaponie est une contraction de aquaculture (élevage de poissons)  et hydroponie (culture de végétaux hors sol).

L’aquaponie est donc une symbiose entre végétaux, poissons et bactéries, c’est tout un mini écosystème naturel re-créé, où les déchets d’un élément deviennent la nourriture d’un autre élément dans le système.

Maurice Scève, né vers 1501 à Lyon et mort vers 1564, est un poète français. Il est l’auteur de « Délie, objet de plus haute vertu ».

Maurice Scève est le chef de file de ce qu’il a été longtemps convenu d’appeler l’« École lyonnaise », même si aucun manifeste, aucune publication théorique collective explicitant ce magistère et l’homogénéité d’un groupe soudé autour de lui, ne viennent justifier l’expression. Issu d’une bourgeoisie aisée et qui a pignon sur rue (son père est juge, son frère Guillaume est un humaniste renommé), il fréquente de bonne heure artistes et gens de lettres, comme Marot, Étienne Dolet, Charles de Sainte-Marthe et Guillaume du Choul son cousin. Son érudition, son sens artistique très sûr et son prestige dans la capitale des Gaules des années 1540 le feront désigner comme principal organisateur de l’entrée solennelle de Henri II en septembre 1548. Il ne semble pas pour autant avoir cultivé les honneurs, mais multiplie au contraire les retraites solitaires, ne signe quasiment jamais ses œuvres, et disparaît sans laisser de traces après 1560.

Maurice Scève acquiert sa renommée poétique en remportant le concours des Blasons, lancé par Clément Marot en 1535, grâce à son « blason du sourcil ». Humaniste passionné par l’Antiquité et l’Italie, son œuvre se place sous l’influence de Platon et de Pétrarque (il prétendra d’ailleurs, en 1533, avoir retrouvé à Avignon le tombeau de Laure, l’inspiratrice du Canzoniere). Ses sources sont toutefois plus diverses qu’il n’y paraît : au-delà de Marot, qui est en quelque sorte son incontournable aîné, et qui est déjà célèbre quand il ne fait que débuter, il se souvient des techniques d’écriture virtuoses des Grands rhétoriqueurs, de la densité des poètes du Dolce stil novo et de Dante, eux-mêmes héritiers des troubadours sachant crypter le nom de leur Dame. Sa poésie convoque aussi de nombreux motifs et récits bibliques : cette culture a longtemps été sous-estimée, mais est corroborée à la fois par ses traductions de nombreux psaumes, et par l’épopée métaphysique de sa dernière œuvre, « Microcosme », qui récrit l’histoire humaine depuis la Création. (Albert-Marie Schmidt dit cependant s’être un peu moins étonné de l’ampleur des connaissances mises en œuvre dans ce poème quand il s’aperçut que Scève avait fait des emprunts à la Margarita Philosophica de l’Allemand Gregor Reisch.

 

Les grands rhétoriqueurs (ou « grands rhéteurs ») est un terme inventé au xixe siècle pour désigner des poètes de cour de langue française du milieu du xve siècle au début du xvie siècle. D'après Paul Zumthor, Charles d'Héricault extrait, en 1861, le terme de « rhétoriqueur » de la satire des Droits Nouveaux (1481) de Guillaume Coquillart dans laquelle il désignait les gens de justice.

Margarita philosophica (Les perles philosophiques) - Gregor Reisch, né à Balingen (Bade-Wurtemberg) vers 1467 et mort à Fribourg le 9 mai 1525 est un chartreux qui a réalisé la première encyclopédie imprimée, la Margarita philosophica (1504)

 

Le blason est un court poème célébrant une partie du corps féminin : « Blason du beau tétin » de Marot, « Le Fronte » de Maurice Scève, « Blason de l'œil » de Mellin de Saint-Gelais, « Le Blason » de Georges Brassens, etc.

S’acccointer (verbe) : du latin populaire accognitare, de accognitus, « reconnu » et de l’ancien français acointier. Se lier d’amitié, se familiariser avec quelqu’un.