Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

ARONIA - français

PDF
Imprimer
Envoyer

ARONIA

À Zulfiya

Frémit l’aronia, calices de lumière,

Tournant les pages orange du grimoire du temps

Le chèvrefeuille d’azur incline son corps charmant

Sur mes pensées d’eau claire, jardin de primevères !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Haskovo, le 6 août 2018

Glose :

Aronia – Aronia melanocarpa - (n.m.) : l'aronia est un arbuste érigé à feuillage caduc drageonnant et rustique originaire de l'Est de l'Amérique du Nord où il se développe dans les clairières et les marécages. Ce sont les Indiens qui utilisaient ses baies pour se nourrir et se soigner.

 

Les feuilles alternes, lustrées, bordées de fines dents, mesurent autour de 10 cm de long et prennent de jolies couleurs rouge-pourpre foncé à l'automne.

En mai-juin, des corymbes avec des fleurs blanches teintées de rose de 1 cm de diamètre se forment. Elles deviendront des baies noires d'1 cm de diamètre, en fin d'été et à l'automne.

 

Les baies d'aronia sont exceptionnellement intéressantes au niveau nutritionnel : très riches en polyphénols et notamment en anthocyanes, en vitamines B, en vitamine C (3 fois plus que l'orange), en minéraux et en fibres. C'est la baie la plus intéressante pour la santé ! Famille : Rosacées.

 

Zulfiya (1915 – 1996) : la plus célèbre poétesse d’Ouzbékistan. Son nom Zulfiya provient du mot persan زلف zulf qui signifie dans la langue mystique persane « les mystères divins qui font la joie du dévot »

Zulfiya est née à Mahallah Dergez, près de Tachkent, dans une famille d'artisans. Ses parents portaient un grand intérêt à la culture et la littérature. Sa mère était chanteuse et grand connaisseur des contes populaires.

Son premier poème a été publié le 17 juillet 1931 dans le journal ouzbek Ishchi (Le Travailleur). Son premier recueil de poèmes Hayot varaqlari, (Pages de vie) a été publié en 1932. Au cours des décennies suivantes, elle a écrit des œuvres patriotiques, des œuvres pacifistes et des ouvrages sur la nature et les femmes.

À partir de 1938, Zulfiya travaille pour différents éditeurs et est membre de plusieurs organisations nationales et internationales. Elle est à plusieurs reprises chef-adjoint ou rédacteur en chef pour divers médias. Après la mort de son mari Hamid Olimjon dans un accident en 1944, elle lui consacre plusieurs œuvres. En 1953, elle rejoint le Parti communiste et devient également rédactrice en chef du magazine Saodat. En 1956, elle fait partie d'une délégation d'écrivains soviétiques dirigée par Konstantin Simonov à la Conférence des écrivains asiatiques à Delhi. En 1957, elle participe à la conférence de solidarité afro-asiatique au Caire.