Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

La calme mélancolie - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

LA CALME MELANCOLIE

La calme mélancolie des rues,

La tranquille vérité des saints,

La fragile sérénité de nos âmes,

Les frêles syllabes du poème

Dont la tonalité toujours plus s’assombrit

Et cette immense solitude morale

Dans les vers de Margherita Guidacci !

 

Savoir placer au plus haut

La lumière de la poésie,

Faire de chaque mot un diamant pur,

Elever le cantique jusqu’aux cimes de l’azur

Par l’absolue splendeur verbale !

Pouvoir traduire dans le chant

L’intraduisible clarté des paroles vraies !

 

Ô strophe qui jaillit

De la plus cristalline source du cœur,

Ô musique des éléments

Dans leur suprême perfection !

Ô temps fuyant

Devenu instant éternisé !

 

Athanase Vantchev de Thract

 

Haskovo, le17 juillet 2018

Glose :

Margherita Guidacci est une poétesse, essayiste et traductrice italienne née à Florence le 25 avril 1921 et décédée à Rome le 19 juin 1992.

Son père meurt d'un cancer alors qu'elle a dix ans. Elle reste seule avec sa mère, dans une grande solitude morale, et trouve refuge dans les livres et les études.

Elle s'inscrit à la Faculté des Lettres de Florence où Giuseppe de Robertis lui fait découvrir la littérature contemporaine. Elle soutient sa thèse sur Giuseppe Ungaretti.

Rapidement, elle s'oriente vers les littératures anglaise et américaine. Elle découvre l'œuvre d’ Emily Dickinson qui restera sa grande référence.

En 1946 paraît son premier recueil de poèmes, La sabbia e l'angelo (Le sable et l'ange), puis, neuf ans plus tard, Morte del ricco. Ses nombreux recueils ultérieurs paraîtront chez de nombreux éditeurs, avec irrégularité, sous la seule pression de l'urgence intérieure.

Elle se marie à vingt-huit ans et aura deux fils et une fille. Son mari, Lucca Pinna, meurt en 1977.

 

ENGLISH :

 

Quiet Melancholy

The quiet melancholy of the streets,

the serene truth of the saints,

the fragile serenity of our souls,

the frail syllables of the poem

whose tone grows ever darker

and this immense moral solitude

in the poetry of Margherita Guidacci!

 

The art is knowing how to place at the uppermost point

the light of poetry,

how to make of each word a pure diamond,

how to raise the hymn to the highest peaks of the heavens

through the absolute magnificence of the word!

To be able to translate into song

The untranslatable clarity of true words!

 

O stanza that bursts forth

from the most crystalline spring of the heart,

O music of the elements

in their supreme perfection!

O fugitive time

become eternal moment!

 

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

Mis à jour ( Jeudi, 19 Juillet 2018 16:41 )