Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Misterium tremendum - français

PDF
Imprimer
Envoyer

MISTERIUM TREMENDUM

« Si seulement nous nous étions rencontrés
Près de quelque vieille auberge,
Nous nous serions assis pour prendre ensemble
Quelques petits verres ! »

Ange, le temps passe

Et nous passons avec lui.

Ainsi se précipitent vers les abysses du néant

Nos jours et nos corps

Envahis par la fureur des bruits,

Broyés par d’innombrables rumeurs,

Noyés dans les torrentiels remous

Des stimuli et des informations vraies ou fausses !

 

Mais dans des lieux retirés, mon Ange,

Là ou de sombres châtaigniers pensifs

Veillent, en rangées sobres et régulières,

Sur les secrètes surrection de la terre,

Dans des haut lieux de silence très loin d’ici,

Du myrrhon, exsudée par les reliques des saints,

Envahit de son parfum séraphique

Les cœurs, les âmes et les iconostases.

 

Un tremblement numineux,

Sentiment de présence absolue venue d’ailleurs,

Fait de nos corps des îles de lumière

Flottant dans la mer toujours mouvementée

De notre monde.

 

Ô mystère, ô terreur,

Ô mysterium tremendum !

Emportées vers l’azur, nos âmes

S’unissent à la beauté chamarrée des fleurs,

À la danse verte de la brise  encalminée,

Chargée de pollen d’or

Qui cisèle la sensualité des champs !

 

Et voici que nos vies s’amarrent soudain,

Avec extrême trépidance et humilité,

Dans cette après-midi âpre et silencieuse,

À la divine clarté d’un voyage infini

Vers les splendeurs

De la sublime Bibliothèque des étoiles

Au cœur rayonnant du ciel !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 17 juin 2018

 

Glose :

Thomas Hardy (1840-1928) : est un poète et romancier anglais appartenant au courant naturaliste.

Né dans une famille anglicane modérée et modeste, son père est tailleur de pierre et sa mère, lettrée, lui donne des cours à domicile. Il arrête ses études à 16 ans en devenant apprenti chez un architecte local. Il part à Londres en 1862, où il devient étudiant au King's College de Londres. Il remporte des prix du Royal Institute of British Architects et de l'Architectural Association et travaille comme architecte.

Il décide de rentrer dans son Dorset provincial cinq ans plus tard pour se consacrer à l'écriture. En 1867, à son retour de Londres, il se tourne vers le roman pour essayer de vivre de sa plume. Passées les premières difficultés, il réussit honorablement. Il publie bientôt dans des revues et des magazines. 


De 1871 à 1896, il écrit quinze romans et quatre recueils de nouvelles. Une demi-douzaine de grandes œuvres émergent de cette production inégale : « Loin de la foule déchaînée » (« Far from the Madding Crowd », 1874), « Le Retour au pays natal » (« The Return of the Native », 1878), « Le Maire de Casterbridge » (« The Mayor of Casterbridge », 1886), « Tess d'Urberville » (1891), « Jude l'Obscur » (« Jude the Obscure », 1896).

 

Stimuli (n.m.pl.) : pluriel de stimulus. Action de stimuler. Généralement employé en médecine pour désigner des « stimulations », des impulsions répétées pour provoquer la réaction d’un organe. En botaniquedésigne les terminaisons sensibles de plantes urticantes.

Surrection (n.f.) : du bas latin surrectio, du latin classique surrectum, de surgere, « se lever ». Mouvement ascendant d'une portion de la lithosphère, pouvant conduire à la genèse des reliefs.

Myrrhon (n.m.) : huile parfumée exsudée par les reliques des saints. De myrrhe, gomme résine aromatique produite par l’arbre à myrrhe Commiphora myrrha ou Commiphora molmol :

Une gomme à peu près similaire, le baume de La Mecque, est produite par Commiphora opobalsamum. Elle pouvait être un des multiples constituants de la thériaque de la pharmacopée maritime au XVIIIe siècle. Le substantif féminin myrrhe est un emprunt, par l’intermédiaire du latin myrrha, au grec μύρρα.

 

Trépidance (n.f.) : se dit d’un mouvement vif et saccadé. Qui est agité de tremblements à secousse marquées et rapides.

Mis à jour ( Dimanche, 17 Juin 2018 17:43 )