Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Puisque j'aime - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

PUISQUE J’AIME

« J'ai désiré aller
Où ne tarit l'eau vive,

Aux champs que nulle grêle acérée ne fustige,
Où s'ouvrent quelques lys »

Puisque j’aime

L’émouvante et grêle jeune foulque glisse

Avec une grâce radieuse

Sur l’eau mauve du somnolent étang.

 

Puisque j’aime

Les calices imprégnés de soleil

S’unissent aux douces palpitations de la terre

Et conversent, pleins de suavité,

Avec le royaume des racines.

 

Puisque j’aime

Toutes les galaxies

Palpitent dans ma poitrine enflammée

En ce matin qui se rit dans la lumière.

 

Puisque j’aime

Les belles-de-jour enchantent

De leur fugitive beauté

L’empire du temps, maître suprême

Des vies, des morts,

De la verticalité absolue et des formes !

Ah, comme il pleut de lumière

Dans la lumière !

 

Puisque j’aime,

J’entends les soupirs des tilleuls

Avec leur tronc au bois si tendre,

Je bois le frêle bruit des pattes hâtives des pinsons

Et le ruissellement des perles

Sur le cœur frais d’une vieille dame.

 

Puisque j’aime

Clairs sont pour mon âme émerveillée

Le mouvement et la quiétude

Des saisons chargées d’allégresse !

 

Puisque j’aime

Vient à moi, doucement,

Imperceptiblement

Ce que je désir ardemment

Avant de le trouver.

Alors, la nuit, tard, j’erre,

Tout envoûté et tremblant

Dans l’éblouissante galerie de portrait

De l’inégalable Lorenzo Lotto !

 

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 16 juin 2018

 

Glose :

Gerard Manley Hopkins, né le 28 juillet 1844 à Stratford, dans l’Essex (Angleterre), et décédé le 8 juin 1889 à Dublin (Irlande), est un prêtre jésuite et un poète anglais de très grand renom.

Fils d'un agent d'assurance, il étudie les humanités au Balliol College de l’Université d’Oxford,   où il est proche du Mouvement d’Oxford de "l’Église haute" anglicane. Comme d'autres avant lui, tel John Henry Newman, cette réflexion théologique l'amène à demander à être reçu dans l’Église catholique en 1866. Deux ans plus tard, le 7 septembre 1868, il entre dans la Compagnie de Jésus. Hopkins est ordonné prêtre en 1877.

 

C'est un étrange destin qu'a connu Gerard Hopkins. Nulle vie en apparence plus banale, plus mêlée au commun. L'homme ne fut apprécié que de rares amis et son œuvre poétique resta pratiquement ignorée de son vivant. Elle le demeura près de trente ans encore après sa mort, jusqu'à ce que son ami, le poète lauréat Robert Bridges, dépositaire de ses poèmes, se décidât à les publier à la fin de la Première Guerre mondiale. De 1918 à 1930 seuls quelques initiés et amateurs éclairés s'y intéressèrent. À partir des années trente c'est enfin l'accès au grand public, la surprise, l'intérêt, l'émerveillement de toute la critique internationale. Il a fallu placer Hopkins parmi les grands poètes anglais du XIXe siècle et parmi les plus grands poètes catholiques. Ses lettres, ses journaux intimes, ses sermons ont été publiés à la suite de ses poèmes. Sans être considérable, cette œuvre variée, originale n'a cessé depuis 1935 d'attirer les commentateurs du monde entier. Les poèmes, écrits dans une langue tendue, profondément enracinée dans l'anglo-saxon, ont longtemps défié les traducteurs. Il reste au poète à conquérir encore un vaste public, celui qui ne peut accéder directement aux richesses et aux difficultés particulièrement subtiles de la langue anglaise.

 

Foulque macroule (Fulica atra) est une espèce d’oiseau, petit échassier de la famille des Rallidae. Les foulques, excellentes plongeuses, représentent parmi les membres de cette famille l'espèce qui semble la plus adaptée à la vie aquatique.

Elles nichent dans les roselières ou parmi les plantes palustres.

Elle est souvent confondue par le public avec la poule d’eau. La foulque s'en différencie pourtant aisément par son gabarit plus massif, son bec blanc qui se prolonge par une plaque blanche sur son front, son plumage uniformément noir, et ses pattes plus courtes verdâtres avec de grands doigts palmés bleuâtres à la morphologie bien particulière. Plus aquatique, elle passe le plus clair de son temps à flotter à découvert sur les plans d'eau, ce qui rend cet oiseau abondant bien visible partout où il est présent. Elle plonge très fréquemment pour aller chercher sa nourriture, majoritairement végétale, au fond de l'eau jusqu'à plusieurs mètres de profondeur. Alors que la poule d'eau, plus farouche, se cache souvent dans la végétation dense des berges ou flottante, trouve sa nourriture plus près de la surface ou parmi les végétaux émergents et va fréquemment picorer sur la terre ferme. Les deux espèces cohabitent très souvent dans des zones humides diverses.

Avec la poule d'eau et le canard colvert, la foulque macroule fait partie des oiseaux d'eau qui fréquentent souvent les plans d'eau anthropisées, comme les canaux ou les étangs des parcs urbains. De plus, c'est un oiseau qui, là où il n'est pas chassé, peut devenir très familier de l'homme. On peut alors l'observer se nourrir de près sans qu'il soit effarouché. La foulque peut nicher près des habitations, voire dans les ports.

La foulque macroule est aussi appelée blairie en Picardie. Elle était autrefois aussi nommée morelle selon Buffon,  en raison de sa couleur noire.

Belle-de-jour est le nom vernaculaire de plantes de la famille des Convolvulacées, dont les fleurs ne s’ouvrent que pendant le jour. Apparentée aux ipomées, la belle-de-jour possède la même fleur en entonnoir qui se ferme le soir pour ne plus se rouvrir. Elle a le port étalé des liserons et fleurit tout l’été sans discontinuer, une nouvelle fleur remplaçant celle qui a fané.

Pinson est un nom vernaculaire donné à plusieurs petits passereaux granivores, tous protégés par la loi. Ce terme désigne principalement deux espèces communes en Europe, mais aussi plusieurs Fringillidae et passereaux de familles proches de cette dernière. Tous les pinsons sont morphologiquement assez proches, leur bec est plus massif que chez les espèces appelées moineaux par exemple. Il est facile de les confondre avec les bruants.

Les pinsons européens sont des oiseaux chanteurs et de ce fait les « Pinsonneux » les élèvent pour faire des concours de chants. Plusieurs expressions font référence à cette capacité à chanter : l'expression gai ou joyeux comme un pinson est très commune.

 

Lorenzo Lotto (Venise 1480 – Lorette 1556) est un des grands peintres vénitiens du XVIe siècle, contemporain de Titien, actif entre la Vénétie, Bergame et les Marches.

« Les dernières années de sa vie lui procurèrent bonheur et tranquillité d’âme, et qui plus est, lui apportèrent la vie éternelle. Ce qui ne lui serait peut-être pas arrivé s’il avait été impliqué autrement dans les choses de ce monde, lesquelles trop pesantes à qui place en elles sa fin dernière, ne laissent jamais l’esprit s’élever vers les biens véritables de l’autre vie, que sont la béatitude et la félicité. » - écrit Giorgio Vasari dans son célèbre ouvrage Vie des plus excellents peintres, sculpteurs et architectes, 1568.

ENGLISH :

Since I Love

‘I have desired to go.

Where springs not fail,

To fields where flies no sharp and sided hail

And a few lilies blow.’

Gerard Manley Hopkins

Since I love

the touching thin young coot slides

with radiant grace

onto the mauve waters of the drowsy pool.

 

Since I love

calyxes impregnated with sunlight

join the gentle palpitations of the earth

and converse, full of delicacy,

with the kingdom of the roots.

 

Since I love

all the galaxies

throb in my burning breast

this morning that laughs at itself in the light.

 

Since I love

with their fleeting beauty

morning glories bewitch

the empire of time, supreme master

of lives and deaths,

of absolute verticality and of forms!

 

Ah, how it rains light

within light!

Since I love

I hear the sighs of the lime trees

with their trunks of such tender wood,

I drink in the fragile sound of the hurried steps of finches

and the flowing stream of pearls

upon the fresh heart of an old lady.

 

Since I love

my rapt heart knows clearly

the movement and the stillness

of the seasons heavy with vivid joy!

 

Since I love

what I ardently desire

comes to me, gently,

imperceptibly

 

before I find it.

So, late at night, I wander

spellbound and trembling

in the dazzling portrait gallery

of the incomparable Lorenzo Lotto!

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

Mis à jour ( Dimanche, 17 Juin 2018 19:32 )