Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

DIANTHUS - français

PDF
Imprimer
Envoyer

DIANTHUS

 

Petites fleurs doubles, délicatement échancrées

Au parfum si fin, si puissant, si enivrant !

Vous, blanches sœurs du soleil et de la rosée !

J’aime tant la fraîche couleur verte

De vos feuilles raides et aiguës !

 

Vos cœurs qui battent sans bruit

Près des eaux cristallines des sources fraîches !

 

Votre âme légère comme la lumière

Flotte dans l’air bleu, rit

Et pénètre joyeusement mes pensées élégiaques,

Elle illumine l’espace et rend plus doux

Le lourd poids de la tristesse !

 

Seul, je vais à la fenêtre du sud,

Ouvre les persiennes et entends

Le premier vers composé par l’aurore !

 

Des minuscules gouttelettes de pluie

Fond de minces et frissonnants cercles en tombant

Dans les flaques d’eau devant la maison.

 

Leur ensorcelante musique

Se change en camée d’améthyste

Dans mon chant. Elle caresse

Le visage émacié de la douleur qui regarde le ciel.

 

Les lignes horizontales des heures

Tissent l’épais filet du temps

Qui enveloppe ma vie.

 

Je franchirai le seuil de la maison

Et irai semer des petites vérités

Dans les rue de ma ville endormie.

 

Si pesante est dans mon cœur

L’étrange propriété des nombres

Et des métamorphoses !

 

Ô Ange,

Par quel tremblement essentiel

Puis-je franchir les six degrés

De séparation de l’âme ?

 

Dois-je, ô Ange, dois-je détourner ma face

De la vie inutile

De ces fraternels êtres désenchantés de naissance

Qui vont avec panache, vers le néant ?

 

Ô douleur déchirante des chutes flamboyantes

Des âmes tristes

 

Pour ne pas mourir des blessures du silence

Bercé par le vent vacillant du soir pourpre,

Je lis, en sanglotant, je lis à haute voix,

L’hymne de l’Archange Gabriel

AXION ESTIN

Dédiée à la très Sainte et toujours Vierge Marie,

Mère douloureuse de  notre Dieu de l’Amour !

 

Athanae Vantchev de Thracy

 

Paris, le 11 juin 2018

Glose :

Dianthus plumarius 'Haytor White' - Œillet mignardise : c’est l’œillet le plus connu, aux nombreux cultivars horticoles. Ses fleurs sont échancrées et bien parfumées. Ses feuilles sont fines et grises.

Les œillets sont, par définition, des plantes de soleil. Ils forment de beaux coussins florifères. Un sol drainant, caillouteux lui convient bien. Ils se plaisent également beaucoup en jardinières ou en auge.

AXION ESTIN : voici le texte de l’hymne: "AXION ESTIN" dictée à un moine du mont Athos par l’Archange Gabriel :

Il est digne en vérité 
de te célébrer, 
ô Mère de Dieu, 
bienheureuse et très pure 
et Mère de notre Dieu. 
Toi plus vénérable que les chérubins 
et incomparablement plus glorieuse que les séraphins, 
qui sans tache 
enfantas Dieu le Verbe, 
toi véritablement Mère de Dieu, 
nous t'exaltons !

Les six degrés de séparation (aussi appelée théorie des six poignées de main) est une théorie établie par le Hongrois Frigyes Karinthy en 1929 qui évoque la possibilité que toute personne sur le globe peut être reliée à n'importe quelle autre, au travers d'une chaîne de relations individuelles comprenant au plus six maillons.

Cette théorie est reprise en 1967 par Stanley Milgram.