Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Les sassafras - français

PDF
Imprimer
Envoyer

LES SASSAFRAS

I.

Les splendides festons de l’abondant feuillage,

Arbre merveilleux qui unit son art d’êtres au don de la nature,

Le baume qui coule en ruisseau odorant sous son écorce,

Ces gerbes de feu,

La vie orageuse de ses sèves,

L’esprit mutin de ses racines.

 

II.

 

Et Gibelin qui voit dans chaque mot

Une surréalité,

Et le père Castel qui rêve à construire

Un orgue de parfum

Et un clavecin oculaire !

 

Mystères des lumières et des ombres,

Mystères de couleurs, de la musique

Et des parfums !

Mystères du monde des génies !

 

III.

Ange, l’amitié lumineuse du soleil

Accompagne le voyage des hommes !

Est vrai, mon Ange, ce qui est écrit

Par pressante besoin intérieur !

 

IV.

Que dire de la géographie sentimentale,

Des infatigables hymnes des branches,

Des joncs endormis

Sous les voluptueuses caresses de l’air,

Des haies en fleurs,

Des rails qui s’étendent

Comme les cordes d’un violon,

De chaque arbre qui a sa façon de glorifier Dieu ?

 

V.

 

Seigneur, gratifie ma parole de permanence

Et de mouvement,

Fais-moi vivre suprêmement en plénitude,

Et entendre les grandes voix imperceptibles

Et inconnaissables de l’univers.

Dans un silence indiciblement

Suave et  mélodieux

Et la libre disposition du beau !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Haskovo, le 26 avril 2018

 

Glose :

Le sassafras est un genre de la famille des Lauraceae. C'est un arbre qui pousse en Asie, en Amérique du Nord et du Sud, principalement cultivé au Brésil et dans certains pays de la péninsule indochinoise (Thaïlande, Vietnam). L'huile essentielle issue des racines du sassafras, l'héliotropine, constitue le précurseur principal de la MDMA. De plus, l'une de ses espèces, Sassafras albidum, est utilisée comme épice. Dans la cuisine cadienne, le sassafras moulu, appelé filé, est utilisé pour épaissir les sauces ; cet usage est originaire des cuisines amérindiennes. Également connu sous le nom de laurier des Iroquois, il est utilisé pour ses propriétés antiseptiques par certaines tribus.

Le français cadien (terme dérivé du mot acadien par aphérèse et palatalisation) ou français cajun, parfois aussi appelé « français régional louisianais » est l’une des deux variétés du français parlées essentiellement dans l’État de la Louisiane (États-Unis), particulièrement dans les paroisses du Sud appelées collectivement Acadiana..

 

La MDMA (pour 3,4-méthylènedioxy-N-méthylamphétamine) est une amine sympathicomimétique, molécule psychostimulante de la classe des amphétamines.

Puissant sympathicomimétique et sérotoninergique, la MDMA est souvent utilisée comme drogue, vendue alors sous forme de cristaux (souvent impurs) ou de pilules sous le nom d'ecstasy (de teneur variable en principe actif). Ces produits ne contiennent souvent pas que de la MDMA mais aussi des molécules proches telles que des sous-produits de synthèse (MDA ou MBDB) ou des analogues de synthèse comme la méthylone.

La MDMA est un stimulant du système nerveux central  qui possède des caractéristiques psychotropes  particulières.

C'est également un puissant sérotoninergique, ce qui lui confère à fortes doses, ou en cas d'usage régulier, un pouvoir neurotoxique. Elle est particulièrement répandue dans le milieu festif, fréquemment associée au mouvement techno, aux rave parties et à la musique électronique.

La MDMA est classée comme stupéfiant en France,

 

Antoine Court dit Antoine Court de Gébelin (1719 ou 1725 – 1784) , écrivain et érudit français.

Fils du ministre protestant Antoine Court, Court de Gébelin exerça d’abord le ministère évangélique, mais il l’abandonna bientôt pour se livrer à de longs travaux d’érudition, dont l’étude des anciennes mythologie et pour être plus libre de poursuivre, à l’exemple de son père, le triomphe des principes de la tolérance religieuse.

Fidèle à la cause de ses coreligionnaires, il quitta Lausanne en 1763 pour s’établir à Paris, où il pouvait trouver les secours littéraires nécessaires à ses travaux et où il était mieux en position de plaider avec succès la cause de ses coreligionnaires. Il reçut la place de censeur royal.

Après vingt ans d’études, il commença à publier l’ouvrage auquel il dut sa réputation et dont il s’occupa jusqu’à sa mort, le Monde primitif analysé et comparé avec le monde moderne, ouvrage dont il a paru neuf volumes in-4° à Paris, de 1775 à 1784 et qui devait avoir encore six ou sept autres volumes.

 

Le père Louis Bertrand Castel (1688-1757) est un savant jésuite, mathématicien, physicien  et journaliste.

Né à Montpellier, il vint à Paris vers 1720, et se fit connaître par ses vues originales.

Il publia en 1724 un Traité de la pesanteur universelle, où il expliquait tous les phénomènes de l'Univers par deux principes : la  gravité des corps, qui faisait tout tendre au repos, et l'activité des esprits, qui créait incessamment le mouvement. Il sera un des principaux opposants en France à la théorie de la gravitation de Newton.

En novembre 1728, il publie un ouvrage sur une idée d'association entre la couleur et le son, Clavecin pour les yeux, avec l'art de peindre les sons, et toutes sortes de Pièces de Musique. C'est à partir des théories d’Athanasius Kircher sur la lumière et de celles de Jean-Philippe Rameau sur les proportions harmoniques qu'il imagine un clavecin oculaire, capable de retranscrire les sons et les couleurs pour rapprocher peinture et musique.

Il publia en 1740 L'Optique des couleurs. Il s'occupa toute sa vie de construire un clavecin oculaire, dont il avait donné la description en 1735, et au moyen duquel il prétendait affecter l'œil par la succession des couleurs, comme le clavecin affecte l'oreille par la succession des sons; mais, après avoir fait de grandes dépenses, ne put y réussir.