Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Thibaut IV Le Chansonnier de Champagne - français

PDF
Imprimer
Envoyer

 

THIBAUT IV LE CHANSONNIER DE CHAMPAGNE

I.

 

Mon Dieu, la terre est jonchée de remèdes :

Que d’herbes, que d’arbrisseaux aux sèves

Amies de notre santé !

 

Ainsi parlait ma grand-mère

Qui cueillait avec un savoir antique

Les plantes médicinales.

 

Je pense à elle aujourd’hui,
Le cœur plein de lumineuses visions !

 

Plus personne ne chante dans la vieille maison,

Même les hirondelles

Ne viennent plus faire leurs nids sous son toit !

 

II.

Soudain, seul dans la chambre de grand-mère,

Je ne sais pas pourquoi,

Je pense à Thibaut IV le Chansonnier de Champagne,

Son immense passion pour la reine de France

Blanche de Castille qui lui inspira des chansons et des poésies

Si merveilleuses ! Il les faisait peindre

Sur les murs de ses palais de Troyes et de Provins !

 

Quelle virtuosité technique et verbale,

Quels jeux splendides de mots précieux

Quelle gracieuse abondance de pointes,

De métaphores filées et d’allégories !...

Et cette agréable désinvolture ironique

Envers la matière courtoise !

 

III.

 

Grand-mère,

Je voudrais mourir au milieu

Des hommes laborieux !

 

Ô, mon âme, qu’elle est magnifique

L’immensité des gens simples,

Humbles comme le souffle retenu des ellipses !

 

Moi qui monte et descend

Dans le perpétuel mouvement de mon sang,

Moi qui sais que la perfection se survit

Dans chaque sourire de la Beauté !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Haskovo, le 19 avril 2018

 

Glose :

Thibaut IV le Chansonnier de CHAMPAGNE (Troyes 1201- Pampelune 1253) – Comte de Troyes et de Meaux, roi de Navarre (1234-1253). Grand guerrier, passionné de poésie, il composa de magnifiques chansones et poèmes dédis à la reine de France Blanche de Castille.

Métaphore filée est une figure de style constituée d'une suite de métaphores sur le même thème. La première métaphore en engendre d'autres, construites à partir du même comparant, et développant un champ lexical dans la suite du texte. Exemple :

« Adolphe essaie de cacher l'ennui que lui donne ce torrent de paroles, qui commence à moitié chemin de son domicile et qui ne trouve pas de mer où se jeter » (Honoré de Balzac, Petites misères de la vie conjugale

La métaphore filée fondée sur le torrent de paroles (association du débit de l'eau avec celui des paroles) et finissant son image sur le terme de mer s'étend ici sur une phrase seule.

Ellipse (n.f.) : l'ellipse est le fait d'omettre un ou plusieurs termes sans que cela nuise à la clarté de la phrase. Ainsi dans le style télégraphique, il y a souvent ellipse du sujet. Dans un style courant, les ellipses ont lieu pour éviter des répétitions.Exemple : Les enfants courent dans la forêt et ramassent des marrons (ici, il y a ellipse du sujet les enfants qui n'est pas répété devant le deuxième verbe ramassent).