Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Lentement le soir éthéré - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

LENTEMENT LE SOIR  ÉTHÉRÉ

 

Lentement le soir éthéré

S’endort dans les

Les hauts calices des pivoines.

 

Une femme debout,

La silhouette fine,

Regarde le vol féerique

Des hirondelles.

 

Je ferme les yeux

Et marche sur les chemins du rêve.

 

Je suis de nouveau

Dans l’île fantôme de Saint-Brendan.

 

Soudain, je deviens arbre et livre d’or

D’une grande bibliothèque,

Mots d’un poème écrits en erse

Par les esprits célestes,

Éternelle prédilection

Sans laquelle la pensée ne peut rien,

Le visage mobile du monde

Invisiblement vrai et réel !

 

Moi, captif de moi-même !

 

Et c’est le silence, et c’est la douce dormition

Des hauts calices des pivoines flamboyants !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Haskovo, le 15 avril 2018

 

Glose :

 

L’île de Saint-Brendan est une île fantastique située à l'ouest de l'Europe qui, selon la tradition irlandaise, aurait été découverte par saint Brendan de Clonfert.  Le premier écrit qui la mentionne et qui ait été préservé jusqu'à l'époque contemporaine est la Navigatio Sancti Brendani Abatis (Voyage de saint Brendan, abbé), qui remonte au XIIe siècle.

L'île apparaît sur de nombreuses cartes du XIIIe au XVIIIe siècle, en différents points de l'océan Atlantique (au large de la côte ouest de l'Irlande, ou comme « huitième île » de l’archipel des Canaries. Christophe Colomb raconte dans son journal de bord que les habitants de l'île d’El Hierro prétendaient qu'une île apparaissait à l'ouest, une fois par an). Elle a été activement recherchée par les explorateurs espagnols au cours du XVIe siècle, sous le nom d’isla de San Borondón. En 1520, au cours de sa tentative de circumnavigation, Fernand de Magellan donne le nom de « baie de Samborombón » à une baie située à l'embouchure du rio de la Plata, pensant que cet accident géographique marquait l'endroit d'où l'île de Saint-Brendan s'était détachée. Elle est encore mentionnée dans des récits de voyage de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

En 1976, l'explorateur Tim Severin a entrepris de reproduire le voyage de saint Brendan, à bord d'un currach en cuir, afin d'en vérifier la faisabilité ; il est parvenu à débarquer à Terre Neuve et prouve que le voyage est techniquement possible.

Currach (n.m.) : un currach (aussi écrit curragh ou curach) est un bateau léger des côtes ouest de l'Irlande.

 

Erse (n.f.) : de l’anglais, dérivé du gaélique erse, variante d’irish, « irlandais ».

 

ENGLISH :

 

Slowly The Ethereal Evening

Slowly the ethereal evening

falls asleep in the

stately calyxes of the peonies.

 

A woman in graceful silhouette,

stands and watches

the magical flight

of the swallows.

 

I close my eyes

and walk along the paths of dreams.

 

Once again I find myself

on the phantom island of Saint-Brendan.

 

Suddenly, I become a tree and a golden book

from a great library,

the words of a poem written in Erse

by celestial spirits,

the eternal predilection

without which thought can do nothing,

the moving face of the world

invisibly true and real!

 

I am my own prisoner!

And all is silence and the gentle falling asleep*

of the stately calyxes of the fiery peonies!

 

*’Dormition’in the original refers to the Eastern Orthodox festival of the death, resurrection and glorification of Mary, the Mother of God.

 

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

Mis à jour ( Dimanche, 15 Avril 2018 13:46 )