Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

L'itinéraire d'une errance - français

PDF
Imprimer
Envoyer

L’ITINÉRAIRE D’UNE ERRANCE

« Elle leva les yeux vers moi ; ils scintillaient comme ceux

d'un enfant à qui l'on fait une charmante surprise,

et elle se mit soudain à rire ».

Robert Penn Warren

 

I.

Le principe limpide et équivoque de la vie,

Ce constant réenchantement du monde !

 

J’erre secrètement soulagé sous

Les hauts peupliers qui veillent, nuit et jour,

Sur les eaux limpides  de la modeste rivière

Et rends un hommage appuyé à cette équation divine !

 

Ni tout à fait mélancolique

Ni exactement nostalgique !

Une douce existence réglée au cordeau !

 

J’écoute le babil des mésanges

Intimident par sa frémissante densité !

 

II.

 

Des peurs étranges, des enthousiasmes archaïques

Ressurgissent lorsqu’une pensée inattendue

Fait irruption au milieu de la lumineuse journée !

 

Soudain, le cri du merle,

Ce sismologue implacable

Des émotions souterraines

Ce vif prophète de la nécessaire

Présence de l’inconnu !

 

Et mon cœur avance très lentement dans

Le luxueux royaume du poème

Parmi une foule de petits riens.

 

Ô mosaïque polychrome des mots

Et leur permanente métamorphose !

 

Il faut que je me hâte

Avant que la lumière cristalline

Ne nimbe toute chose !

 

Athanase Vantchev de THracy

 

Haskovo, le 14 avril 2018

Glose

Robert Penn Warren (1905-1998) : poète et écrivain américain. C’est l'un des fondateurs de la Nouvelle Critique (New Criticism). Il est également membre fondateur de la Fellowship of Saudern Writers (Association des écrivains du Sud). En 1935, avec Cleanth Brooks, il crée la revue littéraire The Southern Review. Il reçoit en 1947 le Prix Pulitzer du roman pour son plus célèbre ouvrage Les fous du roi (All the King's Men, 1946), puis le Prix Pulitzer de la poésie en 1957 et 1979. Il est le seul homme de lettres à avoir été récompensé dans ces deux catégories.

En 1957, il est lauréat du Prix de Rome américain (Rome Prize) de littérature.

Alors qu’il étudie à l’Université Vanderbilt, Warren s’associe à un petit groupe de poètes connus sous le nom des « Fugitifs » (ils avaient créé une revue littéraire intitulée The Fugitive dans laquelle ils mettaient en avant certaines de leurs œuvres).

En 1944-1945, Warren officie comme Consultant en poésie de la Bibliothèque du Congrès (ce qu’on appelle aujourd’hui le Poet Laureate, « poète national »)..

Il se marie une première fois avec Emma Brescia. Son second mariage, avec Eleanor Clark, a lieu en 1952. Ils ont deux enfants, Rosanna Phelps Warren (1953) et Gabriel Penn Warren (1955). Pendant qu’il occupe son poste de titulaire à l’Université de Louisiane, il réside à Twin Oaks (une résidence aujourd’hui classée au registre national des lieux historiques).

En avril 2005, le service postal des États-Unis a fait imprimer un timbre commémoratif pour le centième anniversaire de la naissance de Penn Warren. Lancé à la poste de Guthrie, ville natale de Penn Warren, le timbre le représente tel qu’il apparaît sur une photographie de 1948, avec en arrière-plan une scène de meeting politique faisant référence à Tous les hommes du roi. Ses enfants, Gabriel et Rosanna Warren, étaient présents lors de la cérémonie.

L’Université Vanderbilt abrite le Robert Penn Warren Center for the Humanities (Centre Robert Penn Warren de lettres et sciences sociales) qui est financé par le département des Arts et des Sciences.

Le lycée Clarksville que Robert Penn Warren fréquentait, dans le Tennessee,    a été réaménagé en complexe résidentiel en 1982 et renommé le complexe Penn Warren en 2010.