Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Chèvrefeuille et noisetier (Racine et principe) - français

PDF
Imprimer
Envoyer

CHÈVREFEUILLE ET NOISETIER

 

« Le lézard agama

dans l'arbre marula

darde sa tête bleue ».

José Craveirinha

I.

 

Racine et principe de toutes les fêtes –

Toi lumière inépuisable

Et vous, eaux à la fraîcheur qui sent l’aube !

 

Les robes bigarrées des girelles paons,

La compagnie délirante des moustiques

Dans la jungle inextricable des marécages !

II.

 

Dans la somptueuse bibliothèque,

À une place privilégiée les livres fastueux de Sénèque

Qui parlent si sensément !

La grandeur d’une vie

Recluse dans les vingt-six lettres

De l’alphabet bicaméral latin.

 

Devant, dans un tout petit vase de porcelaine,

Un mince bouquet d’éblouissants bleuets !

 

Un chant d’un oiseau anonyme

Venu innocemment de nulle part

Raréfie l’air de la chambre !

 

III.

C’est le banquet de la lumière,

La beauté contemplative époustouflante

Des érables rouges.

Le cœur qui oscille entre

Deux élans de mansuétude.

Des chèvrefeuilles qui s’accrochent

Aux vigoureuses branches du noisetier.

 

IV.

 

Ô génie qui vit au-delà des années disparues !

 

Chaque atome dans la maison

Est imbibé de l’âme du poète !

 

Puis-je ne jamais me fourvoyer trop loin

De la langue incantatoire des oracles

Qui ont composé les plus ensorcelants poèmes de la terre ?

 

Puissent mes vœux se réaliser immuablement

Le jour où je serai au bord de moi-même

Appuyé contre la douceur du monde

Et les stèles immuables de la pure mémoire !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 27 mars 2018

Glose :

José Craveirinha est né le 28 mai 1922 à Lourenço Marques (actuelle Maputo au Mozambique). Métis, de père portugais et de mère ronga, José Craveirinha exerce plusieurs métiers (fonctionnaire, footballeur, journaliste sportif, entraîneur d'athlétisme), avant de se consacrer à l'écriture et à la poésie dans les années 60.


Autodidacte, imprégné des cultures portugaise et africaine, José Craveirinha est le premier président de l'Association des écrivains mozambicains. C'est une figure incontournable et une référence de l'écriture de langue portugaise. Ses textes engagés contre le colonialisme lui valent quatre ans d'emprisonnement par la Pide - la police portugaise - de 1965 à 1969.
Plusieurs fois considéré comme un prétendant au prix Nobel de littérature, José Craveirinha jouit dans le monde lusophone d'une notoriété identique à celle des poètes francophones tels l'Antillais Aimé Césaire et le Sénégalais Léopold Sédar Senghor. Son œuvre a été récompensée par de nombreux prix, dont le Prix Camoes, en 1991, prestigieuse distinction qui honore un écrivain de langue portugaise. Il meurt le 6 février 2002 et est aussitôt déclaré « héros national » par le président Joaquim Chissano.


Les principales oeuvres de José Craveirinha sont : ChiguboKaringana Wa KaringanaCell 1 et Il était une fois.

Agama (n.m.) : lézard.

 

Marula - Sclerocarya birrea – (n.m.) : du skleros, « dur », et karya, « noix », en référence au noyau que l'on retrouve à l'intérieur des fruits charnus, appelé encore localement « arbre-éléphant ». Arbre de taille moyenne.

Comme le manguier, le pistachier ou l’anacardier, il appartient à la famille des Anacardiacées.

On le trouve dans les régions boisées du sud de l'Afrique, ainsi que dans la partie sub-sahélienne de l'ouest africain. La répartition de cette espèce sur le continent africain a suivi la migration des Bantous, car elle est un élément important de leur alimentation depuis des temps immémoriaux.

 

Girelle paon (n.f.) : le terme girelle paon est le nom vernaculaire donné à certaines girelles, poisson de mer de la famille des Labridae. Corps à l'allure allongée de 10/20 cm, tête réticulée de bleu. Mâle : verdâtre, large bande bleue et rouge en arrière de la tête. Femelle : jaune-vert avec 4 à 6 bandes bleues, tache noire sur le dos. Queue en forme de lyre.

 

Bicamérale (adj.) : une écriture bicamérale est une écriture comprenant des lettres minuscules et des lettres capitales. Plus précisément, elle oppose deux œils  de format (ou « casse » ) — et parfois de tracé — différents pour chaque caractère. Par opposition, une écriture dans laquelle il n’existe pas une telle opposition est qualifiée de monocamérale.

On appelle les lettres d’un format normal et non marqué des minuscules, tandis que les lettres d’un format plus grand, utilisées dans certains cas régis par l’orthographie, sont les capitales (à ne pas confondre avec majuscules).