Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Toi, heureux philalète - français

PDF
Imprimer
Envoyer

 

TOI, HEUREUX PHILALÈTHE

 

さやかな風が吹いてゐる
(« Un vent frais s’est levé »)

 

Hakushū Kitahara

 

I.

 

Toi, heureux philalèthe,

Ami de la vérité,

Qui contemples tantôt la rivière du ciel

Tantôt les vigoureuses jeunes pousses dans la forêt,

Images éternelles de l’éternel renouveau !

Toi qui parles à voix douce

Avec le vent qui fait frissonner les ifs

En buvant la lumière sonore des campaniles,

Que peux-tu dire au poète

Assis au seuil du poème ?

II.

Laisse tomber les tuniques des mots,

Avance vers la cathédrale de l’aube,

Vis, danse et admire l’âme nue

Des choses et des êtres !

Pour atteindre la suprême poésie,

Celle dont se nourrissent les dieux

Il faut passer par l’intime de soi-même

Et, comme des cavaliers constellés d’yeux,

Parcourir les espaces émeraude de l’univers.

III.

Des brûlantes pensées comme celles-ci

Frappaient à la porte de mes tempes

Pendant que je respirais

Le capiteux parfum des jeunes jacinthes.

Je sais que toute ma journée sera un chant

De lauriers, de narcisses et de peupliers,

Plantes sacrées dédiées aux dieux.

Je sens, en me penchant sur l’herbe encore pâle

Que des sources mystérieuses

Propagent une mélodieuse chaleur souterraine

Et font jaillir le poème

Qui trouble le fond de l’éternité

Et comme le soleil au printemps

Embellit toute chose.

IV.

Que je reste debout, sans bouger, à écouter,

Brûlant d’un désir irréfréné de beauté,

Les paroles qui suivent la lumière des paroles

Et le silence qui tombe dans le silence !

 

Athanase Vantchev de Thracy

Paris, le 28 février 2018

Glose :

Philalèthe (n.m.) : étymologiquement philalèthe, φιλαλήθης, veut dire « ami de la vérité ». Le poète, doxographe et biographe grec Diogène Laërce (180-240 ap. J.-C.), établissant dans son ouvrage Vies et doctrines des philosophes illustres une typologie des philosophes et de leurs écoles, mentionne le mot comme la désignation d'un ensemble déterminé de philosophes :

" Parmi les philosophes, les uns ont reçu leur appellation à partir du nom des cités (dont ils étaient originaires), comme les Éliaques, les Mégariques, les Érétriaques et les Cyrénaïques ; d'autres à partir du nom des lieux (où ils enseignaient), comme les Académiciens ou les Stoïciens ; d'autres à partir des caractères accidentels (de leur activité), comme les Péripatéticiens, ou à partir de railleries (dont il faisaient l'objet), comme les Cyniques ; d'autres à partir de dispositions (qu'ils cherchaient à atteindre), comme les Éudémoniques ; certains (ont reçu leur appellation) à partir de ce qu' ils prétendaient être, comme les Amis de la Vérité, les Réfutateurs ou les Analogistes ; certains (aussi) à partir (du nom) de leurs maîtres, comme les Socratiques et les Épicuriens, et ainsi de suite." (Livre I, 17, éd. Goulet-Cazé, p. 75)

 

Hakushū Kitahara (北原 白秋), de son vrai nom Ryūkichi Kitahara (北原 隆吉), né le 25 janvier 1885 à Yonagawa au Japon et décédé à l'âge de 57 ans le 2 novembre 1942 à Kamakura, est un des plus grands poètes de tanka japonais. Il occupe une place centrale dans la littérature contemporaine du Japon.

 

Tanka (n.m.) : le tanka, du japonais tanka (短歌?, littéralement chant court), est un poème japonais sans rimes, de 31 mores (syllabes ou sons) sur cinq lignes. Le tanka est une forme de la poésie traditionnelle waka (和歌?) et est plus vieux que le haïku, dont il peut être considéré comme un ancêtre. Il fleurit pendant la période Heian (794-1192). Le tanka classique est toujours considéré au Japon comme la forme la plus élevée de l'expression littéraire. Sa construction en 31 syllabes ou sons, selon 5-7-5-7-7 n'est pas anodine. Cela correspond aux nombres sacrés 5 et 7. Le tanka est en lien étroit avec le shintoïsme qui est la voie du divin. Son concept majeur est le caractère sacré de la nature. Le tanka met le poète en harmonie avec ce qui l’entoure.

Le nombre 5 est le nombre du centre, symbole de la tradition philosophique éclairée, de l’harmonie, de l’équilibre ; il prend en compte la liberté, le mouvement et le changement.

Le nombre 7 est le symbole de l’esprit, de la connaissance, de la recherche et de la vie intérieure.

Aujourd'hui, sa modernité consiste, non pas à changer sa forme, mais bien dans le choix des thèmes explorés en lien avec le monde d'aujourd'hui.

Capiteux, capiteuse (adj.) : de l’italien capitoso, du latin caput, -itis, « tête ». Se dit d'un vin, d'un alcool qui monte à la tête, d'un parfum, d'une odeur très forte, enivrante. Qui excite les sens : Charme capiteux.