Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Deux contemplations - français

PDF
Imprimer
Envoyer

 

DEUX CONTEMPLATIONS

« C’est un jour qui sent la clarté de la mer hivernale,

Entendant mugir la houle solitaire, mon cœur est ému aux larmes »

Sakutarō Hagiwara

 

1.

 

Après la pluie,

Le ciel est d’une translucidité cristalline,

Une espiègle étoile filante

Tombe de l’infini

Au cœur de ma pure solitude.

Ah, cette suave intromission du ciel

Dans mon âme !

 

Je respire le parfum

De l’invulnérable humilité des herbes

Sous mes pas.

C’est l’heure céleste,

L’instant de l’impériosité

Où naît, bleu comme l’âme du cobalt,

Le poème !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 22 février 2018

 

Glose :

Sakutarō Hagiwara (萩原 朔太郎?), (1886-1942) : poète et écrivain japonais réputé pour avoir libéré le vers libre japonais du carcan des règles traditionnelles. Il est considéré comme le « père de la poésie moderne familière au Japon ». Il a publié durant toute sa carrière de nombreux essais, critiques littéraires et aphorisme.

Intromission (n.f.) : du latin intromissum, de intromittere, « introduire ». Action par laquelle un objet ou un organe est introduit dans un autre objet ou un autre organe.

Impériosité (n.f.) : caractère de quelqu'un ou de quelque chose qui est impérieux. Impérieux, impérieuse (adj.) : du latin imperiosus. Qui exige d'autrui soumission et obéissance, qui n'admet pas qu'on résiste à sa volonté : Donner des ordres d'un ton impérieux. Qui s'impose avec le caractère d'une obligation, qu'il faut absolument satisfaire : Besoins impérieux.

 

 

2.

 

Les jours s’écoule entre mes doigts

Comme des tout petits grains de sable !

Que de printemps vêtus de profusion de fleurs,

Que d’été légers comme de la soie,

Que de nuits enchantées

Par les cris

De myriades de cigales.

 

La lente résine parfumée de l’air,

Le turquoise du silence

Au cœur du temple du téocalli

Et moi,

Un bref éblouissement,

Une image qui tremble

Derrière le satin du ciel crépusculaire.

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 22 février 2018

Glose :

Un téocalli ou téocali (en nahuat : « maison de Dieu ») est une pyramide à degrés de Mésoamérique surmontée par un temple. Le téocalli était dans le Mexique précolombien un lieu sacré, où étaient organisés certains des rituels religieux les plus importants.

Une des poésies les plus connues du Cubain José-Maia de Heredia est intitulée En el teocalli de Cholula (« Dans le téocalli de Cholula » en espagnole)

 

Mis à jour ( Mercredi, 21 Février 2018 22:59 )