Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

CETTE VILLE UNIQE (Haskovo) - français

PDF
Imprimer
Envoyer

 

CETTE VILLE UNIQUE

« Tendit ad ardua virtus »

I.

Ange, mon Ange,

Ô âme tissée de rosée et d’aurore,

Âme d’une impatience fugace !

 

Cette ville qui sent la luzerne

Fraîchement coupée m’est si chère !

 

J’aime de toute l’espace de mon cœur

Sa terre de primevères, de safrans et de roses,

Sa terre charitable qui se couchera

Un jour, souriante, sur ma modeste sépulture

Et sera à jamais mon jardin odorant

Et ma cathédrale radieuse !

 

Au-dessus de mon corps endormi,

La lumière du matin va inscrire sa mémoire

Sur les vivantes tablettes des feuilles du bouleau !

 

Ô temps hors du temps,

Ô soupir, frère puiné de l’air,

Épargne-moi la trame ténébreuse des sanglots,

Le carnage désastreux des vagues déchaînées du temps !

 

II.

 

Ô Ange,

J’aime la brise innocente de vos rires

Et rêve aux caresses des étoiles !

 

Laisse-moi être la voûte transparente de ton ciel

Dans cette immense nuit d’argent pur

Flottant sous le souffle de la tendresse des fleurs,

Cette nuit de diamant, héritage d’amour

Qui ne s’épuise jamais !

 

J’aime cette nuit tendue

Comme un gué vers le silence,

Là où l’âme au visage inaltéré parle librement

Avec la solitude,

Là où le cœur enveloppe

Sa tristesse de joies géorgiques !

 

Ô sublime bonheur d’être triste,

Et cette éternité du temps

Dans la suave pluie des poèmes !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 2 février 2018

Glose :

Tendit ad ardua virtus : expression latine qui signifie « La vertu aspire aux choses difficiles ».