Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Dans un tel matin - français

PDF
Imprimer
Envoyer

DANS UN TEL MATIN

À L.M.

« Si tu n’étais pas si pressé

Tu aurais  pu connaître tant d’autres choses »

 

Maria Wine

 

Le lac de votre âme, les règles des almées,

Des larmes de perce-neige dans les prunelles du vent,

Nos mains de réséda flottant avec le temps –

Épîtres de tendresse, caresses de giroflées !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 28 janvier 2018

 

Glose :

 

Maria Wine est le nom de plume de la poétesse suédoise Karla Petersen (1912-2003).

Maria Wine a eu une enfance très malheureuse. À quatre ans, elle a été abandonnée par sa mère dans un foyer pour enfants, où elle a été fréquemment battue. Puis, elle a été adoptée par sa tante. Le tournant de sa vie date de sa rencontre avec le grand poète suédois Artur Lundkvist qu’elle épouse en 1936.

Son enfance tragique est le thème de ses romans autobiographiques Man Har ett skjutit Lejon (1951) et Virveldans (1953). Maria Wine est devenue l'un des poètes les plus productifs et les plus fascinants de la période d'après-guerre. En 1943, elle a fait ses débuts avec le recueil de poèmes Vinden ur Mörkret suivies par Naken som Ljuset (1945) et Feberfötter (1947). Jusqu'à sa mort en 2003, elle a publié plus de trente ouvrages.

L'amour est un thème récurrent dans les poèmes de Wine : l'amour libre, érotique et sensuel. Dans une grande partie de ses poèmes, elle parle de la maladie et de la mort de son mari. Elle décrit avec passion les longues années vécues avec Artur Lundkvist dans ses mémoires Minnena vakar (1994).

 

Almée (n.f.) : les almées, anciennement a’oualem (de l'arabe عالِم alim, homme ou femme savante), étaient des danseuses, chanteuses et musiciennes égyptiennes de grande qualité qui étaient appelées dans les harems pour instruire et divertir les femmes des riches seigneurs. Les almées ne se produisaient à visage découvert que devant d'autres femmes. Le maître de maison et ses invités les écoutaient depuis une pièce voisine ou depuis la cour de la maison.

Les almées jouissaient en Égypte d'un rang élevé dû à leur origine antique. Certains historiens voyaient en elles les descendantes des prêtresses d'Isis. Elles connaissaient une grande variété de récits historiques ou héroïques. S'instruisant les unes les autres, elles perpétuaient les formes antiques et classiques de la poésie arabe, de la musique et du chant. Pour devenir une almée, une jeune fille devait avoir une belle voix, connaître parfaitement les règles de sa langue, maîtriser la pratique de divers instruments et être capable d'improviser des chants adaptés aux occasions où elle était appelée.

Les almées avaient aussi pour fonction d'enseigner aux femmes des seigneurs les bonnes manières, l'art de se parer et de fabriquer des produits cosmétiques, et les initiaient à la danse, à la musique et au chant. Elles leur apprenaient aussi le tissage et la broderie. De nombreuses almées exerçaient en outre les professions de guérisseuse et de sage-femme. Elles savaient préparer des onguents, cataplasmes et potions aux effets si prodigieux qu'ils leur valaient souvent une réputation de magiciennes.