Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

RAVISSEMENT - français

PDF
Imprimer
Envoyer

RAVISSEMENT

À L.M.

« Dok Budeš Pevao
Jedan Maleni Cvet
Kraj Putovanja »

« Pendant que tu chantes

Une petite fleur met

Fin du voyage »

 

Branko Miljković

 

 

Vos douces paroles, Madame, des grains auspicieux

De la grenade qui boit la lumière de l’aube !

J’aime leur sonorité qui glisse sur votre robe

Et tombe dans mon poème comme un présage heureux !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 11 janvier 2018

 

Glose :

Branko Miljković (1934-1961) : poète et écrivain serbe. Il est né à Nis. En 1953, il s'installe à Belgrade, où il commence à écrire des poèmes. En plus de la poésie, il rédige des essais et des critiques et traductuit de poètes russes et français. Il reçoit le Prix d'Octobre de Belgrade en 1960 pour son recueil Feu et rien. À la fin des années 1960, il déménage à Zagreb. Il y est mort en 1961.

 

En raison des circonstances géopolitiques dans l'Europe d'après-guerre, le nom de Branko Miljković est resté peu connu du grand public de l'Europe occidentale.

 

Son talent et la facilité avec lesquels il a utilisé et joué des mots ne sont pas passés inaperçus. Peu de temps après son arrivée à Belgrad, il s' inscrit à l'Université et suit des cours à la Faculté de philosophie. Il de vient ami avec deux autres grands poètes, Vasko Pop et Ivan Lalic.

 

Il était souvent vu dans les tavernes de Belgrade, où Branko menait une vie insouciante de bohème. A cause de son alcoolisme et de ses comportements agressifs, il a eu des démêlés avec les services d’ordre. En 1958, il publie son deuxième livre de poèmes Death to Death. En 1958, Jean Paul Sartre se rend à Belgrade en tant qu'invité de l'Académie serbe des sciences et des arts. Miljković reçoit une reconnaissance spéciale du philosophe français.

Auspicieux, auspicieuse (adj.) : dans l'Antiquité, relatif aux auspices. Auspices du latin auspicium, « présage ». À Rome, présages qui se tiraient du vol, du chant des oiseaux ou de la manière dont ils mangeaient. (Toute personne avait le droit de consulter les auspices pour s'assurer de l'avis de certains dieux sur une action projetée.)