Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Que ma joie - français

PDF
Imprimer
Envoyer

QUE MA JOIE

 

À Sigurður Pálsson

 

Que ma vieille joie embrasse la longue nuit

Et que mon lit se change en vague de mer, en barque

Et vogue, émerveillé, avec l'été, monarque

Du royaume des ombres où brille mes bleus écrits.

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Marrakech, le 6 décembre

 

Glose ;

 

Sigurður Pálsson (1948-2017) : poète, écrivain et traducteur islandais.,

Sigurður Pálsson naît en 1948 à Skinnastadur en Islande, passe son enfance dans l'extrême nord-est du pays. Il obtient son baccalauréat à Reykjavik, puis il vient en France où il suit des études universitaires : il passe un DEA à l'Institut d'études théâtrales de l'Université de Paris III et étudie le cinéma au Conservatoire libre du cinéma français. En 1968, il est en France au moment du mouvement de mai 1068, qui influence son parcours intellectuel et poétique6.

Dans les années 1970, Sigurður Pálsson fait partie d'un groupe de jeunes poètes islandais, les Artiste littéraires notoires, qui ont en commun de vouloir renouveler la langue littéraire islandaise en y faisant coexister des emprunts à l'argot et des influences plus traditionnelles ; le groupe compte également des poètes comme Steinunn Sigurardóttir, Pétur Gunnarson et ᶑórarinn Eldjárn. En 1975, il publie le recueil Ljóð vega salt (La poésie a la pesanteur du sel) qui met des éléments autobiographiques au service d'un questionnement sur la nature de la vie contemporaine8. Il travaille également dans l'audiovisuel (cinéma et télévision), au théâtre, et en tant qu'enseignant à l'université.

Entre les années 1980 et les années 2000, il publie des recueils de poèmes, quelques romans, une dizaine de pièces de théâtre, et plus d'une vingtaine de traductions, la plupart d'auteurs français. En 2000, sa pièce Quelqu'un à la porte est montée au Théâtre de la ville de Reykjavik. En 2002, sa comédie dramatique Tattu (Tattoo) est créée au Conservatoire d'art dramatique d'Islande à Reykjavik, dans une mise en scène de Runar Gudbrandsso.

QUE MA JOIE

 

À Sigurður Pálsson

 

Que ma vieille joie embrasse la longue nuit

Et que mon lit se change en vague de mer, en barque

Et vogue, émerveillé, avec l'été, monarque

Du royaume des ombres où brille mes bleus écrits.

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Marrakech, le 6 décembre

 

Glose ;

 

Sigurður Pálsson (1948-2017) : poète, écrivain et traducteur islandais.,

Sigurður Pálsson naît en 1948 à Skinnastadur en Islande, passe son enfance dans l'extrême nord-est du pays. Il obtient son baccalauréat à Reykjavik, puis il vient en France où il suit des études universitaires : il passe un DEA à l'Institut d'études théâtrales de l'Université de Paris III et étudie le cinéma au Conservatoire libre du cinéma français. En 1968, il est en France au moment du mouvement de mai 1068, qui influence son parcours intellectuel et poétique6.

Dans les années 1970, Sigurður Pálsson fait partie d'un groupe de jeunes poètes islandais, les Artiste littéraires notoires, qui ont en commun de vouloir renouveler la langue littéraire islandaise en y faisant coexister des emprunts à l'argot et des influences plus traditionnelles ; le groupe compte également des poètes comme Steinunn Sigurardóttir, Pétur Gunnarson et ᶑórarinn Eldjárn. En 1975, il publie le recueil Ljóð vega salt (La poésie a la pesanteur du sel) qui met des éléments autobiographiques au service d'un questionnement sur la nature de la vie contemporaine8. Il travaille également dans l'audiovisuel (cinéma et télévision), au théâtre, et en tant qu'enseignant à l'université.

Entre les années 1980 et les années 2000, il publie des recueils de poèmes, quelques romans, une dizaine de pièces de théâtre, et plus d'une vingtaine de traductions, la plupart d'auteurs français. En 2000, sa pièce Quelqu'un à la porte est montée au Théâtre de la ville de Reykjavik. En 2002, sa comédie dramatique Tattu (Tattoo) est créée au Conservatoire d'art dramatique d'Islande à Reykjavik, dans une mise en scène de Runar Gudbrandsso.