Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Les jardiniers magiciens

PDF
Imprimer
Envoyer

 

LES JARDINIERS MAGICIENS

 

À L.M.

 

« Entends-tu le pipeau qui chante sur ses lèvres ? »

 

José-Maria de Heredia

 

Vous, beaux jardiniers, frères des fleurs rieuses,

Vous irriguez leur vie du sang de vos doigts,

Vos mains laborieuses rendent plus légère la soie

Des ailes des papillons et des mésanges joueuses.

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Marrakech, le 29 novembre 2017

 

Glose :

 

José-Maria de Heredia, né le 22 novembre 1842 et mort le 2 octobre 1905, est un homme de lettres d'origine cubaine : né sujet espagnol, il a été naturalisé français en 1893. Son œuvre poétique a fait de lui l'un des maîtres du mouvement parnassien.

 

Né à Santiago de Santiago de Cuba, de père cubain et de mère française, José Maria de Heredia étudia à La Havane puis à Paris. Dès 1861, il s'installa définitivement en France et commença à composer des poèmes très influencés par la toute récente école parnassienne qui prônait le réalisme exact et la perfection absolue de la forme. Il publia ses premières œuvres dans diverses revues, puis Leconte de Lisle lui permit de collaborer au Parnasse contemporain (1866). Il fut reconnu très vite comme poète de talent, malgré la rareté de ses publications. En 1893, il regroupa dans les Trophées quelque cent dix-huit sonnets.

 

Les quatre premières parties de ce recueil traitent de l'histoire mondiale depuis les temps helléniques jusqu'à la Renaissance, et la dernière, de la nature et des rêves. Fidèle à la doctrine parnassienne, Heredia avait ciselé à la perfection la forme de ces sonnets, et la thématique «!obligée!» - histoire, légendes et nature - est propice à des descriptions qui sont autant d'exercices de style. Dans tous ses poèmes, Heredia présente en outre les événements dramatiques avec exactitude, évitant tout commentaire personnel et toute implication philosophique. Maître incontesté du sonnet français, il fut élu à l'Académie française en 1894, mais ne produisit plus d'œuvre importante.