Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Pavane pour un peintre aimé

PDF
Imprimer
Envoyer

 

 

PAVANE POUR UN PEINTRE AIMÉ

 

 

À Jean Fouquet

 

Le lourd après-midi tombe avec tout son poids

Sur les profonds plis de velours rouge bordeaux des habits

Où, sous des frisons incarnats vibre la chair.

 

Dans le silence fait de pure passion,

Le tissu des jours recouvre les émotions des visages –

Peut-être, rêvent-ils de la robe de lumière de noce

Requise pour le Royaume céleste ?

 

La sereine sévérité gothique

Et la parfaite clarté de la perspective italienne

Rendent si pénétrant les tableaux du maître

De toutes les solitudes !

 

Couleurs de l'or

Extrêmement nuancées

Avec le jaune, le violet et le bleu

Si bien lustrés ! Visages pâles et mélancoliques

Fortement contourés !

 

Toutes ses affections qui le rendent interminable

Dans les épanchement de son pinceau !

 

Quelle plénitude de contentement resplendissant,

Quelle calme et discrète félicité de l'âme qui aime

Et qui se sait aimée des hommes et de Dieu !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Marrakech, le 2 novembre 2017

 

 

Glose :

 

La pavane est une danse de cour lente du XVIe siècle, exécutée près du sol par des trios disposés en cortège.

Son nom évoque la ville de Padoue dont elle serait originaire ou, selon d'autres sources, elle dériverait de l’espagnol pavo qui signifie « paon ». Si la danse disparaît avec le XVIe siècle, la forme musicale subsiste jusque vers  1660. Associée à la saltarelle et surtout à la gaillarde, elle est décrite par Thoinot Arbeau dans son Orchésographie (1589) comme une danse binaire formée d'une longue et de deux brèves. Il y décrit la pavane Belle qui tient ma vie et une  Pavane d'Espagne qu'on danse « en marchant en avant pour le premier passage », puis en reculant.

Parmi les pavanes « modernes » les plus célèbres, sont celle de Fauré et la Pavane pour une infante défunte de Maurice Ravel.

Jean Fouquet né vers  1420 peut-être à Tours en France et mort entre 1478 et 1481, probablement dans la même ville, est considéré comme l'un des plus grands peintres de la première Renaissance et le rénovateur de la peinture française du XVe siècle.

 

Formé dans la tradition française du gothique international, il développa un nouveau style en intégrant les fortes tonalités chromatiques du gothique avec la perspective et les volumes italiens du Quattrocento, ainsi que les innovations naturalistes des primitifs flamands. Ses chefs-d'œuvre sont le Diptyque de Melun et les miniatures des Heures d'Étienne Chevalier.

 

Reconnue de son temps, l'œuvre de Jean Fouquet tomba dans l'oubli jusqu'à sa réhabilitation au XIX e siècle par les romantiques français et allemands, fascinés par l'art médiéval.E lle fut définitivement revalorisée par une exposition sur les primitifs français organisée par la Bibliothèque nationale de France en 1904, qui permit de réunir et faire connaître ses travaux épars.



L'incarnat est un nom de couleur  d'usage littéraire ou en teinturerie, qui désigne un groupe de couleurs entre le rose et le rouge-orangé franc, rappelant le teint des populations européennes en bonne santé et sans exposition au soleil, rougissant sous l'effet d'une émotion.



La robe de lumière des noces : les gens accueillis par l’Église doivent revêtir le vêtement du salut, le vêtement de noce, la robe de justice. Cette image fait allusion à la sainteté requise pour ceux qui sont appelés aux noces de l’Agneau que décrit l’Apocalypse. il a été demandé à l’épouse, l’Eglise, de se « revêtir d’un lin pur et resplendissant car le lin, ce sont les œuvres justes des saints » ;

 

Le vêtement de noce c’est l’habit du baptisé, l’habit du disciple, l’habit de celui qui prend au sérieux l’enseignement de Jésus et qui le met en pratique.

Contouré, contouréee (participe passé du verbe contourer) : de contour - ligne ou surface qui limite extérieurement un corps, qui permet de le définir, de le déterminer, de le préciser .