Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

CONFESSION - français / anglaisq

PDF
Imprimer
Envoyer

CONFESSION

À L.M.

« Oui bien sûr que ça fait mal quand les bourgeons éclatent.
Sinon, pourquoi le printemps hésiterait? »

Karin Boye

 

J’enferme ton amour dans mes doigts d’enfant,

Toi, pétale de neige tombé des pommiers

En respirant longtemps son âme émerveillée

Moi, le ménestrel, ami fidèle du vent.

 

Souris, mon Ange aimé, souris quand tout est triste,

Quand ceux que nous aimons, s’en vont au paradis,

Quand sur nos lèvres pâles, leur noms évanouis

Scintillent avec l’éclat discret des améthystes.

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 25 septembre 2017

 

Glose :

Karin Maria Boye (1900-1941) : poétesse et romancière suédoise.

Par son père, Carl Fredrik « Fritz » Boye (1857-1927), Karin Boye est issue d'une famille de marchands allemands immigrée en Suède au milieu du xixe siècle. Sa mère, Signe Liljestrand (1875-1976), est elle issue de la paysannerie aisée. Après Karin, ils ont également deux fils, Sven (1903-1974) et Ulf (1904-1999). La famille déménage à Stockholm en 1909 et s'installe dans le quartier de Huddinge en 1915. C'est là que Karin Boye commence à écrire des vers, des nouvelles et des pièces de théâtre et qu'elle s'essaie à l'aquarelle. Se destinant à l'enseignement, elle entame des études de lettres à l’université d’Uppsala après son baccalauréat en 1920 et décroche son diplôme en 1928. Elle épouse l'économiste Leif Björk l'année suivante.

Karin Boye meurt le 23 avril 1941 après avoir absorbé des somnifères dans une intention vraisemblablement suicidaire. Son corps est retrouvé près d'un rocher à Alingsås.

Les ménestrels ou ménétriers étaient des musicien du Moyen Âge européen. Ils jouaient le plus souvent du psaltérion, de la trompette, du chalumeau et de l’organon.

Le ménestrel faisait partie des cours seigneuriales (littéralement, leur nom vient du bas-latin ministralis, « serviteur ». Sa tâche était de distraire le seigneur et son entourage avec des chansons de geste (histoires qui parlaient de pays éloignés ou qui racontaient des événements, réels ou imaginaires) ou leur équivalent local. Les cours seigneuriales devenant plus raffinées et plus exigeantes, les ménestrels y furent finalement remplacés par des troubadours, et beaucoup se firent ménestrels errants, s’adressant au public des villes. Sous cette forme, l’art des ménestrels a continué à être exercé jusqu'au milieu de la Renaissance. À partir du xive siècle, le ménestrel fait partie d'une corporation, la ménestrandise.


En Angleterre avant la Conquête normande, on connaissait les poètes professionnels sous le nom de scôp, « shaper » c’est-à-dire « fabricant ». Ils composaient eux-mêmes leurs poésies et les chantaient en s’accompagnant d’une harpe rudimentaire. Bien au-dessous du scôp, on connaissait aussi les gleemen, qui n’étaient fixés nulle part, mais erraient d'un endroit à l'autre, gagnant ce qu’ils pouvaient.

Améthyste (n.f.) : variété de quartz violet (dioxyde de silicium), de diaphane à translucide, dont la teinte est due aux traces de fer. Ce minéral est utilisé en joaillerie et classé comme pierre fine.

Le mot vient du  grec ancien ἀμέθυστος / améthustos, adjectif verbal composé du verbe μεθύω / methúô, « être ivre », et du préfixe privatif ἀ- / a- 4. La pierre aurait été ainsi nommée parce qu'elle a la couleur du vin coupé d'eau. Par rapprochement, elle passait pour préserver de l'ivresse.

ENGLISH :

 

Confession

‘Yes, of course it hurts when buds are breaking.

Why else would the springtime falter?’

 

Karin Boye

 

I enclose your love in my child’s fingers,

you, petal of snow fallen from the apple trees

breathing in at length its dazzled soul

I, the minstrel, faithful friend of the wind.

 

Smile, my beloved Angel, smile when all is sad,

when those we love go to paradise,

when their vanished names glimmer

on our pale lips with the discreet lustre of amethysts.

 

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges