Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

ANAGOGIE - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

ANAGOGIE

À Afanassi Fet

I.

Inspirez-moi, ô Muses aux pieds légers, révélez-moi

L’exquise fulgurance de la cristalline intuition,

La pure compréhension

De la haute brutalité des textes anciens.

 

Dites-moi, ô Muses aux tuniques éthérées,

Comment poser ses lèvres sur le sublime, le vrai, l’immuable,

Comment enjamber, porté par les airs,

La logique austère et insensible,

Les rigueurs hivernales et l’aridité de la raison ?

 

Comment l’âme exaltée

Peut pénétrer les abyssales profondeurs

De la permanence,

Les méandres obscurs des symboles ?

 

Comment saisir, ô Muses enchanteresses,

La lumière de la préordination divine

Et la précise grandeur poétique ?

 

II.

 

Ô compénétration ensorcelante

De l’homme de la terre

Et de l’homme de Dieu ?

 

 

III.

 

Je sais, ô Muses aux voix harmonieuses, seule la profondeur

De l’unité première

Peut dompter

La vagabonde diversité et instaurer la Beauté.

 

Oui, comment penser le monde

Dans la bleue plénitude de sa vertueuse évidence ?

 

IV.

À présent je sais, Muses,

Je sais que ma langue de poète

Est l’insondable dépôt

De toutes les poésies antérieures,

De toutes les images scintillantes

D’un inépuisable patrimoine !

 

V.

Ah, je voudrais tant que mon poème

Soit clair et émouvant

Comme le chant des oiseaux le matin,

Qu’il y ait des fleurs de printemps

Dans tous les élans de mes pensées !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Château de Chamarande, le 5 août 2017

 

Glose :

Anagogie (n.f.) : du grec anagogikos, « élévation ». L’anagogie est une notion ascétique, une élévation de l'âme vers les choses célestes, et en théologie l'interprétation d'un texte qui cherche à passer du sens littéral vers un sens spirituel ou mystique1. On parle aussi pour ce procédé d'anagogisme.

En Grèce antique, les anagogies étaient une fête instituée pour célébrer le départ d'une divinité vers un autre lieu. Par exemple les Anagogies de Vénus. Pour le retour d'une divinité, la fête s'appelait des catagogies.

Utilisé dans l'expression « sens anagogique », cet adjectif désigne en théologie (écrits patristiques et scolastiques) le sens le plus élevé et le moins évident des Écritures. Chiffré par des symboles, ce sens anagogique conduit au divin et ne peut donc être analysé que par un exégète. Exégète (n.m.) : du grec eksêgêtês, « interprète ». Dans la Grèce antique, celui qui interprétait les rites, les oracles, les prodiges, les songes. Scolastique : commentateur des ouvrages anciens. Commentateur des textes bibliques.

Hiérarchiquement, dans les quatre sens de l’Écriture, il vient en dernier, après les sens littéral, allégorique et tropologique (ou moral).

Par extension, en critique littéraire, « l'interprétation anagogique » est celle qui tente de dépasser le sens littéral ou immédiat du texte.

Afanassi (Athanase) Afanassievitch Chenchine (1820-1892) : en russe Афана́сий Афана́сьевич Шенши́н connu sous le nom de sa mère, Fet ou Foeth (Фет), un des plus grands poètes lyriques russes, traducteur et mémorialiste, partisan de l'art pour l'art.

Officier, marié à la sœur du poète Vassili Botkine, il publie ses vers dans la revue Sovremennik (Le Contemporain), rompt avec la nouvelle direction (Tchernychevski et Dobrolioubov) en 1859. Ensuite, il fait paraître ses écrits dans Le Moscovite, puis se retire dans ses terres, et il se rapproche de Tolstoï.

Traducteur de Juvénal et Horace, de Goethe et de Shakespeare, il chante vingt ans durant la beauté des femmes, la joie de vivre, le charme des nuits d'été ou des paysages d'hiver (Soirs et Nuits ; Champs de neige) et compose des madrigaux pour Ophélie.

Vers 1880, Afanassi Fet s'installe à Moscou, traduit des poètes latins, écrit ses Mémoires et compose de nouveau des vers.

 

Abyssal, abyssale, abyssaux (adj.) : relatif aux grandes profondeurs océaniques.. Très profond, considérable, insondable.


Préordination (n.f.) : terme de théologie : ordre fixé à l’avance.

 

ENGLISH :

 

Anagogy

 

To Afanasy Fet

1.

Inspire me, O light-footed Muses, reveal to me

the exquisite brilliance of crystalline intuition,

the pure understanding

of the lofty inhumanity of ancient texts.

 

Tell me, O Muses in your ethereal tunics,

how do we place our lips on the sublime, the true, the unchanging,

how, airborne, do we pass over

austere and unfeeling logic,

the rigours of winter and the aridity of reason?

 

How can the exalted soul

penetrate the abyssal depths

of permanence,

the obscure meanders of symbols?

 

How do we grasp, O enchanting Muses,

the light of divine preordination

and the precision of poetic grandeur?

 

2.

 

O bewitching interpenetration

of earthbound man

and man of God!

 

3.

 

I know, O Muses with harmonious voices, only the profundity

of primary unity

can tame

vagrant diversity and establish Beauty.

Yes, how is it possible to think the world

within the blue plenitude of its virtuous evidence?

 

4.

 

Now I know, O Muses,

I know that, being a poet, my language

is the fathomless deposit

of all poetry before me,

of all the glittering images

of an inexhaustible heritage!

 

5.

 

Ah, I so much want my poem

to be clear and moving

like birdsong in the morning

and that in all the imaginative leaps of my thought

there are spring flowers!

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges