Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Fixer sans figer - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

 

FIXER SANS FIGER

« Jedem das Seine»

(« Suum quique »)

 

I.

 

Mots à la profondeur vertigineuse,

Mots ineffables et incompréhensibles,

Mots inappréciables !

 

Fixer la splendeur des jours

Sans figer le ruisseau du temps !

 

Je cherche la transparente perfection

Comme les tribus qui marchent dans le désert

Avec leurs tentes cherchent la beauté de l’eau !

 

II.

Comme la perpétuelle virginité des choses

Enchante mon âme !

 

Comme tout me semble inexistant

Auprès de l’aveuglante nudité de la parole !

Ô grande lumière exégétique

Du silence et de l’humilité !

Ô éblouissante élégance

Classique des poètes antiques !

II.

 

Au milieu de la nuit,

Debout devant le chœur des constellations,

J’entends l’hymne aurorale

De saint Ambroise de Milan :

 

« Déjà chante le héraut du jour,

Veilleur de la profonde nuit,

Lumière nocturne des voyageurs

Séparant la nuit de la nuit »

Mon âme, est-il hymnodie liturgique

Plus auguste ?

III.

 

Et voici le jour, la suave rosée blanche et rose

Mêle au monde sa scintillante douceur,

Émerveillée, la terre emplit

La solitude des premières heures

De couleurs et d’hirondelles !

 

Moi, heureux, reconnaissant,

Comblé, je me tiens souriant

Au bord de moi-même

Et écoute ta voix à la sonorité d’une jeune pluie. !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 23 juillet 2017

 

Glose :

« Jedem das Seine » est une traduction allemande de "Suum cuique", une phrase latine signifiant « À chacun le sien ». Le sens idiomatique de l'expression « Jedem das Seine » est « chacun reçoit ce qu'il mérite».

Ambroise de Milan ou Aurelius Ambrosius ou saint Ambroise, né à Trèves vers 340 et mort le 4 avril 397, est évêque de Milan de 374 à 397. Docteur de l’Église, il est l'un des quatre Pères de l'Église d'Occident, avec saint Augustin, saint Jérôme de Stridon et saint Grégoire le Grand.

Il est connu en tant qu'écrivain et poète, fondateur de l’hymnodie latine chrétienne et lecteur de Cicéron et des Pères grecs, dont il reprend les méthodes d'interprétation allégoriques.

Il est aussi l'un des protagonistes des débats contre l’arianisme. C'est auprès de lui que saint Augustin d’Hippone se convertit au christianisme.

Il est honoré comme saint par l’Église orthodoxe et l’Église catholique qui le fêtent le 7 décembre. Au Moyen Âge, sa fête principale avait lieu soit le 4 avril, date de sa mort, soit le 7 décembre, date de son ordination épiscopale (voir le Martyrologe romain).

L’arianisme est un courant de pensée théologique du christianisme, dû à Arius, théologien alexandrin du IVe siècle, et dont le point central concerne les positions respectives des concepts de « Dieu le père » et « son fils Jésus ». La pensée de l'arianisme affirme que si Dieu est divin, son Fils, lui, est d'abord humain, mais un humain disposant d'une part de divinité.

ENGLISH :

To Halt without Stopping

‘Jedem das Seine’

(Suum cuique/Each to his own)

1.

Words of dizzying depth,

sublime and ungraspable words,

words of inestimable value!

 

To halt the splendour of days

without stopping the stream of time!

I seek transparent perfection

just as the tribes that walk the desert

carrying their tents seek the beauty of water!

 

2.

How the perpetual purity of things

fascinates my soul!

 

How everything seems to lack existence

beside the blinding nakedness of the word!

 

O great exegetical light

of silence and humility!

O dazzling classical elegance

of the poets of antiquity!

3.

In the middle of the night,

standing before the choir of the constellations,

I hear the dawn hymn

of St Ambrose of Milan:

 

‘The herald of the day is already singing,

watchman of the deep night,

nocturnal light of travellers

separating night from night’

My soul, is there a more majestic

liturgical hymnody?

 

4.

And here is the day, the sweet pink and white dew

mingles its glistening sweetness with the world,

in amazement, the earth fills

the solitude of the first hours

with colours and swallows!

 

And I, happy, grateful,

full to the brim, stand here smiling

on the edge of myself

and listen to your voice sounding like spring rain!

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges