Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Des mains pleines de beauté - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

DES MAINS PLEINES DE BEAUTÉ

(fantaisie grecque)

« Buvons ! N’attendons pas les lampes :

À un doigt est la fin du jour.

Apporte-nous des coupes grandes,

Des coupes ornées, mon amour ! »

 

Alcée de Mytilène

 

Toutes ces essences parfumées, Thaïs,

La céruse qui fait blanchir tes tendres joues

Brunies au soleil d’Attique,

La racine d’orcanette arrachée à la terre fraîche

Qui donne ce fard si rouge à tes joues.

 

Tu aimes, mon amour, les Fêtes lénéennes

Tout en rêvant aux grandes douceurs du printemps

Quand, sous tes pieds fins, faits de luisant nacre rose,

S’ouvrent les jacinthes odorantes,

Quand, séduits par tes gestes harmonieux

Moineaux et colombes volent autour de toi.

 

Comme Aphrodite cyprienne

Tu aimes les suaves chuchotements

Et les cruelles conjurations,

Les doux transports, les chaudes étreintes

Et les caresses ensorcelantes !

 

Mon cœur est novice aux joies et aux larmes,

Moi qui porte un culte fervent

Aux dieux du ciel

Et aux mânes ensevelis.

 

Viens ce soir à moi, Thaïs,

Avec des rameaux de suppliantes

Ceints de laine blanche.

 

Viens, ma Thaïs,

Le soleil décline vers la nuit,

Le tremblant rossignol se pose parmi les feuilles,

 

Viens, restons immobiles dans notre tendresse

Attendons la lune

Qui viendra trouver un mouillage

Dans nos larmes amoureuses !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 19 juillet 2017

Glose :

Alcée de Mytilène (en grec ancien  Ἀλκαῖος / Alkaĩos, en latin Alcaeus) est un poète grec de l’époque archaïque né vers l’an 630 av. J.-C

Représentant de la poésie lyrique monodique, le Canon alexandrin voit en Alcée le second des poètes lyriques grecs. Contemporain de Sappho, dont la légende dit qu'il fut le rival tout en en étant amoureux, il est mort vers 580 av. J.-C.

Céruse (n.f.) : la céruse, encore appelée blanc de Saturneblanc de plomb ou blanc d'argent, est un pigment blanc à base de plomb (sous sa forme neutre carbonate de plomb, PbCO3).

Dès l'Antiquité la toxicité de ce produit est connue, mais il fut longtemps le meilleur pigment blanc couvrant connu, et à ce titre a été longtemps vendu bien après la démonstration de son indiscutable toxicité. Jusqu'à l'époque moderne, en dépit de sa toxicité, la céruse servit à fabriquer des peintures et du fard blanc, le blanc de céruse. Son usage est aujourd'hui interdit.

L'orcanette des teinturiers est une plante méditerranéenne de la famille des Boraginacées, l'un des rares représentants du genre Alkanna en France. Sa racine rouge servait autrefois à faire de la teinture, d'où son qualificatif. Elle est très basse et très velue, et pousse le plus souvent sur les sables du littoral, en touffes plus ou moins circulaires.

Les Lénéennes (les fêtes lénéennes) portaient le nom grec du mois où l’on célébrait les mariages (janvier-février).

Cypréen, cypréenne (adj.) : de l’île de Chypre.

Les mânes (n.m.pl.) : les mânes, apparentés aux génies,  aux lares, aux pénates, aux larves, et parfois confondus avec eux, sont, dans la religion romaine, ceux qui expriment le mieux la foi en l'immortalité de l’âme après la dissolution du corps. En latin, le mot signifie « bon », soit par antiphrase, soit sans restriction. Le culte des mânes est un culte des ancêtres. Il ne semble pas correspondre avec un défunt en particulier mais est une profession de foi en l'immortalité, un rite rendu aux esprits des ancêtres défunts cohabitant avec leurs descendants, un hommage à la perpétuité de la race.

ENGLISH :

Hands Full Of Beauty

(A Greek Fancy)

‘Let us drink! No need to wait until the lamps are lit:

the end of day is but a finger’s breadth away.

Bring us the biggest goblets,

the most ornate goblets, my love!’

Alcaeus of Mytilene

 

All these sweet-smelling essences, Thaïs,

the Ceruse that whitens your tender cheeks

brown from the Attic sun,

the Alkanet root torn from the cool earth

that makes them so red.

 

My love, you love the Festival of Lenaia

while you’re already dreaming of the great pleasures of springtime

when the fragrant hyacinths open

beneath your delicate feet of gleaming pink mother of pearl,

when sparrows and doves fly around you

seduced by the harmony of your gestures.

 

Like the Cypriot Aphrodite

you love sweet murmurs

and fervent entreaties,

delightful transports, warm embraces

and bewitching caresses!

 

My heart is a stranger to joy and sorrow,

I who worship fervently

the gods of the heavens

and the shrouded ghost gods.

 

Come to me tonight, Thaïs,

with suppliant branches

bound in white wool.

 

Come, my Thaïs,

the sun is waning and night is coming,

the trembling nightingale is settling among the leaves,

 

come, let us lay still together in our tenderness,

let us wait for the moon

to come and find a mooring

in our lovers’ tears!

 

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges