Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

CIEL - français : anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

CIEL

« Я Север люблю, я сроднился с тоскою
Его миловидных полей и озер. »

«J'aime le Nord, je me sens si proche de l’angoisse

De ses magnifiques champs et de les lacs. "

 

Igor Severianine

I.

Le ciel s’ouvre doucement

Avec la provocation d’une page pure

Et jamais pleine sur laquelle s’alignent

Mes divagations poétiques

En lettres bleues, or, lumière, mauve, sang ou encre noire.

 

Ange, la vraie poésie n’est-elle pas

Une palpitation incessante de lumière,

Même quand elle touche aux choses

Les plus innocentes de la vie ?

 

Ô douloureuse, ô impalpable

Clarté de la création !

II.

 

Splendeur et azur, théophanies parfaites du ciel

Qui absorbe en profondeur les effusions du soleil !

 

Splendeur, transparence de la matière céleste,

Éclat d’équilibre juste et absolu,

Musique et perfection accomplie

Où profusion de lumière et tempête de feu

S’harmonisent en tempérance amoureuse,

En triomphe d’équinoxe resplendissant.

Ô Seigneur, apprends-moi à aimer, à chanter,

À avancer en souriant

Dans l’innocence de mon âme !

III.

 

Soleil, pendule flamboyante du temps

Et toi, ciel de l’intangible nuit, cadran gémellaire

Sur lequel la lune voyageuse et le cercle des constellations

Inscrivent de leur clarté l’insondable la tragédie de la durée.

 

Ah, comme saint Ephrem, je veux, ô Seigneur,

Être la harpe de l’esprit !

IV.

 

Voici à quoi je pense, Ange de l’aurore,

Quand, les pieds-nus lavés de rosée,

J’avance bienheureux dans les plaines densément vertes du Nord

Caressant du regard la rondeur placide des arbres,

Admirant les lignes fuyantes des collines !

 

Quand j’écoute, inspirant l’haleine envoûtante du vent,

Les voix du matin

Qui flottent et répandent leurs sonorités pures

Au cœur de la nitescence diaphane.

 

C’est ainsi que le monde palpable

Vient à moi si divers et riche

Pour me remplir de sa présence solennelle,

Pour abolir les enclos et les murs

Qui enferment les invincibles élans de mon âme !

Ô cet été infini endormi sur le cœur de la Terre !

Le souffle parfumé des pierres !

V.

 

Oui, Ange, c’est mon népenthès,

Le baume qui donne l’oubli de mes maux,

Moi le poète, l’ondoiement du zéphyr

Vêtu du voile léger des cantiques de lumière !

 

Et la nuit ralentit

Les flux et les reflux du sang de mes paroles !

 

Ange,

Tout est temps et tout redevient temps !

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, juillet 2017

Glose :

Igor Severianine (en russe : Игорь Северянин), né Igor Vassilievitch Lotarev (Игорь Васильевич Лотарев) le 16 mai 1887 à Saint-Pétersbourg (Russie) et mort le 20 décembre 1941 à Tallin (Estonie) est un poète, essayiste et traducteur russe.

Son père, Vassili Petrovitch Lotarev, est capitaine ingénieur militaire pétersbourgeois à la  retraite et époux de Natalia Stepanova Chenchine issue d'une famille noble qui avait compté parmi ses membres le grand poète Afanasi Fet et l’historien et homme de lettres Nikolaï Karamzine. Il choisit plus tard, pour signer ses écrits, le pseudonyme Severianine qui signifie « homme du Nord ». Sa mère et lui avaient aussi un lien de parenté avec Alexandra Kollontai, la première femme de l'Histoire contemporaine à avoir été membre d'un gouvernement et ambassadrice dans un pays étranger.

Gémellaire (adj.) : du latin gemellus, « jumeau ». Relatif aux jumeaux.

Saint ÉphremÉphrem le Syrien ou Éphrem le syriaque (en syriaque : ܐܦܪܝܡ ܣܘܪܝܝܐ, Afrêm Sûryāyâ ou Afrem Suryoyo ; en grec : Ἐφραιμ Συρος, Ephraim Syros ; en latin :  Ephraem Syrus), (né à Nisibe /actuelle ville turque de Nusaybin / vers 306 et décédé en 373 à Édesse / l'ancien nom de Urfa en Turquie, capitale d’Osroène), était un diacre syrien et un théologien dans la région de l'Assyrie. Les Églises catholique et orthodoxe le vénèrent comme un saint, et il est reconnu en tant que docteur de l'Église par l'Église catholique. Il est l’auteur de plusieurs hymnes et poèmes.

Le diacre Éphrem était chargé de l'École théologique de Nisibe lorsque surgirent les Perses. Il se réfugia avec ses élèves à Édesse, où il mourut. Il mena une vie de contemplation, qu'il a entretenue par une austérité extrême. C'est de cette flamme intérieure que jaillit ce lyrisme qui a fait de lui la « harpe du Saint-Esprit ».

Il est fêté le 28 janvier dans les Églises orthodoxes et les Églises catholiques orientales et le 9 juin dans le reste de l'Église catholique. De plus, il est fêté le 7e samedi avant Pâques dans l’Église syriaque orthodoxe, le 18 juin dans l'Église maronite et le 22 juillet dans l’Église copte orthodoxe.

Nitescence (n.f.) : du latin  nitescere « devenir luisant, se mettre à briller ». Terme soutenu pour désigner une forte lueur ou une chose qui brille avec éclat.

Népenthès (n.m.) : du grec ancien : νηπενθής, formé à partir du préfixe négatif νη- / nê, « non » et du nom πένθος / pénthos, « tristesse, chagrin ». Ce terme désigne chez Homère la boisson que Pâris donna à boire à Hélène après son enlèvement pour lui faire oublier son pays natal. Les femmes de la ville égyptienne de Thèbes passaient pour détenir le secret de sa composition.

Les apothicaires chimistes du xviie siècle, comme Joseph du Chesne, Jean Béguin ou Angelo Sala avaient l'habitude de nommer indifféremment Laudanum ou Nepenthes, une préparation à base d'opium. Exemple : Le Laudanum ou Nepenthes plus excellent que celuy d'Homere de Béguin est à base d’opium et de jusquiame (plante Hyoscyamus) « tirée selon l'art avec l'esprit de vin (eau-de-vie), rendu acide par l'esprit de vitriol (acide sulfurique) ou le soufre », de la teinture de safran et de corail, de l'ambre. (Livre : Tyrocinium chymicum, série de cours de chimie publiée en latin par Jean Béguin en 1610). Dans la pharmacologie « moderne », les pilules de népenthès contiennent de la jusquiame, de la myrrhe et de l'opium. L'opium est une préparation psychotrope obtenue à partir du latex du pavot somnifère.

 

ENGLISH :

Sky

« Я Север люблю, я сроднился с тоскою
Его миловидных полей и озер. »

(‘I love the North, I feel so close to the anguish

of its magnificent fields and lakes’)

Igor Severianine

 

1.

The sky opens gently,

provocatively like a perfectly blank page

never full on which my poetic ramblings

line up in letters of blue, gold, light, mauve, blood or black ink.

 

Angel, isn’t true poetry

a ceaseless pulsing of light,

even when it approaches the most

innocent parts of life!

 

O sorrowful, O impalpable

light of creation!

2.

Splendour and azure, perfect manifestations of the sky

that drinks to its depths the outpourings of the sun!

 

Splendour, transparency of celestial matter,

brilliance of an exact and absolute balance,

accomplished music and perfection

where profusion of light and storm of fire

harmonise in loving sobriety,

in the triumph of a  resplendent equinox!

 

O Lord, teach me to love, to sing,

to go forward smiling

in the innocence of my soul!

3.

Sun, flaming pendulum of time

and you, sky of the intangible night, twin dial

on which the journeying moon and the circle of the constellations

inscribe with their fathomless light the tragedy of lived time.

 

Ah, like St Ephrem, O Lord, I want to be

the harp of the spirit!

4.

This is what I think about, Angel of the dawn,

when, my bare feet bathed with dew,

I go forward blissfully into the deep green plains of the North

caressing with my glance the peaceful curves of trees,

admiring the receding lines of the hills!

 

When I listen, breathing in the bewitching breath of the wind,

to the voices of the morning

floating and scattering their pure notes

at the heart of the diaphanous light.

 

It is thus that the palpable world

comes to me in such diversity and richness

to fill me with its solemn presence,

to abolish the fences and the walls

which confine the invincible impulses of my soul!

 

O this infinity dormant on the heart of the Earth!

The scented breath of stones!

5.

Yes, Angel, it is my drug of forgetfulness,

the balm which grants oblivion to my troubles,

I, the poet, the billowing of the zephyr

garbed in the thin veil of the canticles of light!

 

And night slows

the ebb and flow of the blood of my words!

 

Angel,

all is time and becomes time again!

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

Mis à jour ( Dimanche, 16 Juillet 2017 15:31 )