Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Ton sourire irisé - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

TON SOURIRE IRISÉ

À L.M.

« Et sur ma poitrine frémissent
Les fleurs d’un rendez-vous imaginaire. »

Anna Akhmatova, Requiem

 

Ton sourire irisé

Semble célébrer la grâce inattendue

De ce splendide soir de Mykonos !

 

Ange, est vraiment beau

Ce qui est inutile !

 

La toccata des vagues

Sous les frêles pieds de la brise en fuite !

 

Cette flambée de vie,

Ce festin des sens

Au milieu du banquet somptueux

Du lent coucher du soleil !

 

Et moi qui respire les mots,

Les soupèse, les embrasse

Et écoute, une pivoine sur mes lèvres,

La tremblante rivière de leur chant intime !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 8 juillet 2017

 

Glose :

 

Anna Akhmatova (en russe : Анна Ахматова), née le 23 juin 1889 à Odessa et morte le 5 mars 1966 à Moscou est le nom de plume d'Anna Andreïevna Gorenko (en russe : Анна Андреевна Горенко), une des plus importantes poétesses russe du XXe siècle. Égérie des acméistes, surnommée la « reine de la Neva » ou « l'Âme de l'Âge d'Argent », Anna Akhmatova demeure aujourd'hui encore l'une des plus grandes figures féminines de la littérature russe.

L'œuvre d'Akhmatova se compose aussi bien de petits poèmes lyriques, genre qu'elle contribue à renouveler, que de grandes compositions poétiques, comme Requiem, son sombre chef-d'œuvre sur la terreur bolchévique. Les thèmes récurrents de son œuvre sont le temps qui passe, les souvenirs, le destin de la femme créatrice et les difficultés pour vivre et pour écrire dans l'ombre d’un régime austère.

 

ENGLISH :

Your Iridescent Smile

For L.M.

‘And on my breast tremble

the flowers of meeting that did not take place’

Anna Akhmatova, ‘Requiem’

 

Your iridescent smile

seems to celebrate the unexpected grace

of this glorious Myknonos evening!

 

Angel, that which is without use

is truly beautiful!

 

The toccata of the waves

beneath the delicate feet of the fleeing breeze!

 

This blaze of life,

this feast of the senses

in the midst of the sumptuous banquet

of the slowly setting sun!

 

And I who breathe words,

weigh them, embrace them

and listen, a peony on my lips,

to the trembling river of their intimate song!

 

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges