Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

MYSTIQUE crépusculaire - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

MYSTIQUE CRÉPUSCULAIRE

 

« Abandonnez tout à la providence de Dieu… »

 

Saint Sisoès de Scété

 

I.

 

La chaude fumée des ombres fatiguées

Fait s’évanouir les lauriers roses

Dans le fleuve embrumé des rêves !

 

Voici venir le soir frais

Avec le soleil brusquement  transformé

En flambeau de feu, en disque

De lumière ensanglanté,

Rouge et moribond,

En suspens frissonnant entre

Deux éclairs du temps.

 

Et toujours les cieux attendris dans tes yeux !

 

II.

La flamme concentrée du jour se dilate

En une effulgence douce et tiède

Qui recule les limites du monde diurne

Et instaure une spaciosité aérienne, élargie, raréfiée.

 

L’incendie solaire s’écoule en transparence mystique,

En douceur méditative !

 

Le cristal de cœur fond en atmosphère attentive,

Peuplant insensiblement l’univers affectif

De dimensions accrues.

 

Et toujours les cieux attendris dans tes yeux !

 

III.

 

.      Le puissant sentiment poétique

Finit par spiritualiser le paysage,

Par le dérober à la réalité tangible,

Le rendre à l’absolu.

 

Ô cette clarté crépusculaire

Qui remplace l’hostilité du soleil vaincu

Et Favorise l’instauration de l’empire de l’intuition.

 

Cet éclairage tamisé du coucher

Qui favorise l’idéalisation du temps vécu

Et évoque avec une force bouleversante

Le souvenir

Rehaussé à l’état de diaphanéité et d’idéalité pure.

Et toujours les cieux attendris dans tes yeux !

 

IV.

Bousculé, fécondé et enrichi par les distances temporelles,

Le moment passé conquiert la suprême séduction du rêve,

L’attirance paradisiaque du songe.

 

Il devient intemporel, immémorial,

Scintillant de la lumière de tous les cœurs

Qui ont fait battre la vie.

 

Il se lève avec l’aube intemporelle des âges

Et meurt sur tous les rivages de tous les océans

Et sur toutes les grèves !

 

Et toujours des cieux attendris dans tes yeux !

En tombant, les fleurs des lauriers roses

Allument les premières étoiles !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 6 juillet 2017

 

Glose :

Sisoès le GrandSisoès de Scété ou Abba Sisoès, surnommé « le vase d'élection du désert », vécut en Égypte, anachorète dans le désert. Il serait mort vers 429.  Il partit dans le désert de Scété peu après la mort de saint Antoine le Grand et passa soixante ans sur le mont Qolzoum (près de Clysma). Il tressait des paniers. On venait le voir de loin pour recevoir ses conseils.

Canonisé, il est fêté par les Églises orthodoxe et catholique le 6 juillet.

On le représente souvent en vieillard, chauve avec une large barbe, regardant un cadavre dans un tombeau, celui d'Alexandre le Grand suppose-t-on : il est représenté ainsi dans l'église Saint-Georges-des-Grecs de Venise, à la Grande Laure du mont Athos, aux Météores (monastère de Varlaam), etc.

Effulgence (n.f.) : en langage soutenu : clarté.

Résipiscence (n.f.) : du latin ecclésiastique resipiscentia, de resipiscere, « revenir à la raison ».

Littéraire. Venir, amener à résipiscence, reconnaître, amener à reconnaître une faute avec volonté de s'amender.

 

ENGLISH :

 

Twilight Mysticism

‘Surrender everything to God’s providence…’

St Sisoes of Sceté

 

1.

The warm smoke of weary shadows

makes the pink laurels melt

into the misty river of dreams!

 

And now here is the cool evening

with a sun suddenly transformed

into a flaming torch, into a disc

of bloody light,

red and moribund,

into a shivering hiatus between

two lightning flashes of time.

 

And still the tender skies are in your eyes!

2.

The intense flame of the day widens

into a soft warm radiance

moving back the limits of the diurnal world

until there is an airy spaciousness, broad and rarefied.

The sun’s fire streams out into a mystical transparency,

a meditative sweetness!

 

The heart’s crystal dissolves into attentive atmosphere,

imperceptibly investing the affective universe

with greater dimensions.

 

And still the tender skies are in your eyes!

3.

At last the powerful poetic feeling

spiritualizes the landscape

by concealing it from tangible reality

and returning it to the absolute.

 

O this twilit clarity

having replaced the hostility of the vanquished sun

institutes the reign of the empire of intuition.

 

The subdued light of the setting sun

enabled the idealisation of lived time

and now calls up with staggering force

memory

raised to a state of translucence and pure ideality.

 

And still the tender skies are in your eyes!

4.

Shaken, impregnated and enriched by temporal distance,

the passed moment overcomes the supreme seduction of dream,

the paradisal lure of the dream.

 

It becomes timeless, immemorial,

shimmering with the light of all the hearts

that have made life beat.

 

It rises with the timeless dawn of the ages

and dies on all the shores of all the oceans

and on every strand!

 

And still the tender skies are in your eyes!

And, falling, the flowers of the pink laurels

awaken the first stars!

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

Mis à jour ( Mercredi, 12 Juillet 2017 10:44 )