Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

CINQ POEMES EVANESCENTS - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

 

 

 

 

CINQ POÈMES ÉVANESCENTS

 

À Norton Hodges

 

« Un garçon faisait de l’arithmétique

Et pleurait en cachette –

Cet été-là »

 

Saitô Sanki

 

1.

 

Le balancement féerique des mûriers

Dans le couchant cramoisis.

 

Bientôt la haute nuit

Ouvrira son insondable livre

De poèmes inconnus.

 

2.

 

Les grappes d’étoiles endormies

Dans la soie laiteuse des grappes d’acacia.

 

Une jeune mère chante une très ancienne berceuse

À son bel enfant couché sur le soyeux velours de l’herbe.

 

Touchées par sa voix suave,

Les fleurs ouvrent leurs pétales,

Petites fenêtres parfumées

Donnant sur l’éternité.

 

Au loin, les montagnes ouvrent leurs bras verts

À la paix universelle !

 

3.

 

La brise du sud

Rend rouge les dernières roses de l’allée.

 

Le silence remplit de poèmes

Le cœur des oranges.

 

Âme, il faut apprendre

La beauté de la douleur

Dans tant de lancinantes solitudes.

 

4.

 

La fraîcheur pénétrante du matin,

Le scintillement des dernières étoiles !

 

Un jeune homme descend la montagne et chante

Interrompant les tristes méditations

Des esseulés !

 

5.

 

La musique divine de l’orgue

De la basilique Notre-Dame des Tables de Montpelier,

Dom Bedos de Celles,

Le céleste facteur de sons,

L’humble bénédictin

Serviteur de Dieu.

 

Mon âme qui flotte dans un état

D’enthousiasme mélancolique.

 

Des souvenirs qui surgissent

Comme une pure évidence.

 

Ô cette épaisseur insoupçonnée de la foi,

La fidèle persistance de toute ma vie

Dans la lumière inépuisable

Des Évangiles de la Vie !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, Hôpital Saint-Louis, le 3 juillet 2017

 

Glose :

 

Saitô Sanki (1900-1962) – un des grands maîtres du poème court japonais.


François Lamathe Bédos de Celles de Salelles, dit Dom Bédos de Celles, né à Caux, diocèse de Béziers le 24 janvier 1709, mort à l’abbaye de Saint-Denis le 25 novembre  1779, moine bénédictin, facteur d’orgue et gnomoniste. Organiste, il aurait tenu plusieurs grands instruments : abbatiale Sainte-Croix de Bordeaux, cathédrale d’Aire-sur-l’Adour, couvent de Saint-Allyre à Clermont-Ferrand, abbaye Saint-Thibéry.

Il provenait d’une famille de très vieille noblesse aux armoiries ainsi définies : De gueules, à trois croissants d'argent, surmontés de trois étoiles de même, à l'orle de huit coquilles d'argent. Sa famille possédait un domaine dont il se défit une fois entré dans les ordres.

Organier reconnu, il est appelé sur de nombreux chantiers pour construire (rarement), réparer, expertiser (souvent) ou conseiller d’autres facteurs d’orgue.

Érudit mathématicien et géomètre, Dom Bédos est correspondant de l’Académie royale des sciences en 1758 et, l’année suivante, est élu à l’Académie de Bordeaux. En 1760, il publie La Gnomonique pratique ou l’Art de tracer les cadrans solaires avec la plus grande précision, un des meilleurs traités de gnomonique.

Gnomonique (n.f.) : (du grec gnomon, « indicateur ») est l’art de concevoir, calculer et tracer des  cadrans solaires.

La gnomonique était utilisée chez les architectes grecs et romain dans les années 25 av. J.-C., lors de la conception des bâtiments (source : De Architectura de Vitruve, chapitre III).

Un des premiers essais sur la gnomonique fut écrit par le jésuite allemand Athanasius Kircher en 1635, alors qu'il était professeur à Avignon : Primitiae gnomonicae catoptricae, hoc est horologiographiae novae specularis.

Le père  Pierre Bobynet publia un ouvrage en 1649 présentant son invention d'un cadran équinoxial universel.

Antoine Deparcieux rédigea un ouvrage complet consacré à ce sujet en 1741.

Dom Bedos de Celles publia en 1760 La Gnomonique pratique ou l’Art de tracer les cadrans solaires avec la plus grande précision, un des meilleurs traités de l'époque sur ce sujet.

 

 

ENGLISH :

 

 

Five Evanescent Poems

for Norton Hodges

‘A boy was doing arithmetic

and secretly weeping –

that summer’

 

Saitô Sanki

 

1.

 

The fairylike swaying of the mulberry trees

in the crimson sunset.

 

Soon the lofty night

will open its fathomless book

of unknown verses.

 

2.

 

The clusters of sleeping stars

in the milky silk of the clusters of acacia flowers.

 

A young mother sings a very ancient lullaby

to her beautiful child lying on the silky velvet grass.

 

Touched by her sweet voice,

the flowers open their petals,

small scented windows

giving onto eternity.

 

In the distance, the mountains open their green arms

to universal peace!

 

3.

 

The southern breeze

reddens the last roses in the lane.

 

Silence fills the hearts

of oranges with poems.

 

Soul, you must learn

the beauty of sorrow

in so many sudden painful solitudes.

 

4.

 

The penetrating freshness of the morning,

the twinkling of the last stars!

 

A young man comes down from the mountain singing,

interrupting the sad meditations

of the lonely!

 

5.

 

The divine music of the organ

from the basilica Notre Dame des Tables in Montpellier,

Dom Bedos de Celles,

the heavenly constructor of sound,

the humble Benedictine

Servant of God.

 

My soul is floating in a state

of melancholy enthusiasm.

 

Memories rise up

like pure facts.

 

O this unsuspected depth of faith,

the devoted pursuit of my whole life

in the inexhaustible light

of the Gospels!

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

Mis à jour ( Lundi, 03 Juillet 2017 18:31 )