Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

SOLEIL - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

 

 

 


SOLEIL

 

À L.M.

 

« Ce fut aussi l’époque de l’obscurcissement des villes »

 

Henri Michaux

 

En sourdine, les esprits mélodieux du monde

Passent et jouent avec le demi-jour des feuilles !

Ah cette sensibilité radieuse, devenue désir de Dieu !

 

Les flux et reflux de la lumière,

La discontinuité solaire,

Pendule et cadran universel de la durée,

Des instants qui viennent, des années qui s’en vont !

 

L’apparition et la disparition du soleil

Découpent l’éternité en parcelles de temps tangible,

Marquent l’évanescence des minutes

Avec leur brûlure profonde dans l’âme de l’homme

Qui se mire

Dans l’eau de la nuit.

 

Ange, que ferons-nous

De notre conscience vaporeuse,

De cette musique chaude des regards ?

 

Quel est le nom, Ange,

De  cette caresse de lumière

Sur le pli de l’ombre ?

 

Oh vous, fleurs qui mourez

Dans la rivière embrumée

De la vie !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 29 juin 2017

 

 

Glose :

 

Henri Michaux : Henri Michaux (Namur, 24 mai 1899 - Paris, 19 octobre 1984) : écrivain, poète et peintre d'origine belge d’expression française naturalisé Français en 1955.

 

 

ENGLISH :

Sun

for L.M.

‘That was also the time when cities grew dark’

 

Henri Michaux

 

Quietly, the melodious spirits of the world

pass through and play with the half-light of leaves!

Ah how sensitive is this radiance become the desire of God!

 

The ebb and flow of light,

the discontinuity of the sun,

pendulum and universal face of time’s continuance,

moments coming, years departing!

 

The sun appears and disappears,

dividing eternity into portions of tangible time

and marking the evanescence of minutes

by burning deep into the soul of the man

who admires himself

in the waters of night.

 

Angel, what will we do

with our hazy consciousness,

with this hot music of exchanged glances?

 

Angel, what is the name

for the way light caresses

the fold of shadow?

 

Oh, you flowers that die

in the misty river

of life!

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges