Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

MEDERSA BEN YOUSSEF ( français / anglais)

PDF
Imprimer
Envoyer

MÉDERSA BEN YOUSSEF


Al-Quddûd, le Pur, le Sanctifié


Ici, le cœur brûlant, le Prince almoravide

Dans un élan mystique, flamboyant de joie

Fit construire l’école de sa divine foi,

La face irradiante contre la terre tépide.

 

Que d’innombrables âmes reçoivent la lumière

Des sages d’autrefois et des savants futurs !

École impériale née sous de sublimes augures,

Révèle le savoir caché dans les mystères !

 

Que des forêts émeraude de palmiers sacrés

Accueillent dans leur fraîcheur les odes des oiseaux !

Que, blond, le ciel descende et goûte au clair repos

 

Des chastes oliviers où dort l’éternité !

Que dans l’azur vierge, les minarets heureux

Parlent avec le ciel, les aigles blancs et Dieu !

Athanase Vantchev de Thracy

 

Marrakech, le 10 avril 2017

 

 

Glose :

 

Médrersa (n.f.) : établissement d’enseignement supérieur traditionnel dans les pays musulmans, en Afrique du Nord notamment dans lequel on enseigne le droit, la théologie et la littérature. La médersa Ben Youssef, joyau de l’architecture arabo-andalouse, a été fondée par le sultan mérinide Abou Al-Hassan ben Othman (1331-1348). La dynastie mérinide régna de 1244-1465.

 

Les bâtisses de l’école actuelle ont été édifiées vers 1570 par le sultan saadien Abdalla el-Ghalib (1557-1574). La dynastie saadienne régna de 1554 à 1659.

 

Le nom de la médersa Ben Youssef vient du sultan almoravide Ali Ben Youssef (1106-1143) qui avait fait construire une première école sur l’emplacement de l’école actuelle. La dynastie almoravide régna de 1060 à 1147

.

789 : fondation du premier état marocain par Idris Ier

Mouvement dilaïte : La zaouïa de Dila est une confrérie soufie marocaine fondée vers 1566 et qui joue un rôle prépondérant dans la vie politique et religieuse marocaine au XVIIe siècle.

Tenant son espace d'origine et d'accroissement au sein des tribus berbères du Moyen Atlas, la zaouïa de Dila atteint son apogée vers 1659, en contrôlant une grande partie du nord du Maroc et en ayant son leader, Muhammad al-Hajj ad-Dila'i, proclamé sultan à Fès.

Tépide (adj.) : du latin tepidus, « tiède », « frais ».

 

Minaret (n.m.) : mot qui dérivé de l'arabe منارة, généralement ئذنة manara, « phare ». Le minaret est un élément architectural des mosquées. Le terme s'appliqua d'abord aux tours à feu avant de désigner les tours près des mosquées. Il s'agit généralement d'une tour élevée dépassant tous les autres bâtiments. Son but est de fournir un point élevé au muezzin pour les 5 appels à la prière.

ENGLISH :

Ben Youssef Madrasa

Al –Quddūs, the Pure, the Sacred

Here, with a burning heart, the Almoravid Prince,

spurred on by a mystical impulse and ablaze with joy,

ordered the construction of this school of his divine faith,

its face shining brightly against the tepid earth.

 

May countless souls receive the light in this place

from the sages of yore and the scholars of the future!

Imperial school born under such an auspicious circumstance,

may you reveal the knowledge hidden deep in the mysteries!

 

May emerald forests of sacred palms

welcome into their fresh greenery the odes of the birds!

May the blond sky descend and taste the utter peace

 

of the chaste olive trees where eternity sleeps!

In the pure blue sky, may the minarets in their good fortune

speak with the heavens, the white eagles and God!

 

translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges