Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

Ami, j'écoute les cyprès... - français : anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

AMI, J’ÉCOUTE LES CYPRÈS…

À Antoine Baschet

«  Ami, je vous envie votre vin, sous les fleurs,

Et tous ces papillons qui volent dans vos rêves »

 

Ts’ien K’i

 

I.

 

Ami, j’écoute, envoûté, les austères cyprès

Murmurer suavement à mon oreille soucieuse :

 

« Que l’œuvre lumineuse de votre calme amitié,

Ne s’efface jamais. Que le pont de clarté

Entre toi et ton ami enjambe toujours fier

Les profonds précipices du temps »

 

Ainsi parlent la bouche pudique

Des hauts cyprès à la contemplative sagesse séculaire !

 

II.

 

Le souffle serein d’une brise exaltée

Étreint avec ferveur les jardins du jour

Et aussitôt tout devient allégresse et ravissement !

 

III.

Arbres, buissons, gerbes et mousse

Se mettent soudain à chanter

Et à glorifier l’âme vivifiante de la lumière !

 

IV.

Puisse Ogmios, l’antique dieu de l’éloquence

Qui a fait don magnanime aux hommes

De la souveraine connaissance

Et de l’alphabet sacré,

Inspirer mon âme

Et faire résonner de toute leur beauté affable

Les mots de mon poème.

 

V.

 

Ami aimable,

Aux jours de grande solitude,

Enfermé dans le cercle vicieux de nos afflictions

Sache que la seule issue est l’élan vertical vers Dieu !

 

VI.

 

Hélas, on ne s’échappe pas de soi

Par la splendeur de nos dits.

Les harmonieuses paroles, une fois prononcées

Ou couchées sur la feuille taciturne s’envolent

Et l’âme, vidée de leur musique vigoureuse,

Reste tragiquement rivée à notre corps.

 

VII.

Ami,

Restons debout, les yeux levés vers l’azur,

Attendons que la pensée éthérée plonge,

Toute limpide, dans

L’eau stagnante de nos violentes émotions.

 

VIII.

 

Ô cœur, ne referme pas entièrement tes plaies,

Laisse à l’éternité le passage d’une cicatrice.

 

Ô toi,

Alma parens de la tendre amitié !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Marrakech, le 9 mars 2017

 

Glose :

Ts’ien K’i (Ts’ien Tchong-wen) est un des grands poètes chinois du VIIIe siècle, docteur en 752.. Il est l’un des « Dix Génies » de l’ère Ta-li (766-799).

 

Ogmios que l'on retrouve dans la mythologie celtique irlandaise sous le nom d'Ogme est  un dieu. C'est un champion à la grande force physique représentant typique du guerrier indo-européen. Il est le dieu de l'éloquence et de la souveraine sagesse. Il terrasse ses ennemis par la parole.

 

Magnanime (adj.) : du latin magnanimus, de magnus, grand, et animus, esprit. Qui pardonne leurs injures, leurs fautes, leurs faiblesses à ceux qui sont sous son autorité, ou qui manifeste de la générosité, de la mansuétude :


Affable (adj.) : du latin affabilis. Qui accueille aimablement les gens.

Alma parens : locution latine qui signifie « Mère nourricière ».

 

 

ENGLISH :


My Friend, I Listen to the Cypresses

for Antoine Baschet

‘My friend, I envy the wine you drink beneath the flowers

and all the butterflies flitting through your dreams’

Tsien Ki

 

1.

 

My Friend, I listen with fascination to what the stern cypresses

softly murmur into my attentive ear:

 

‘May the friendship you have built with such luminous effort

never be eclipsed. May the bridge of light

between you and your friend always reach proudly over

the deep precipices of time.’

That is what the chaste mouths

of the noble cypresses tell me in their deep worldly wisdom!

 

2.

 

The serene breath of an ardent breeze

embraces the gardens of day with passion

and immediately all turns to joy and rapture!

 

3.

 

Trees, bushes, sheaves of corn, moss,

all suddenly begin to sing

and to glorify the life-giving soul of the light!

 

4.

 

May, Ogmios, the ancient god of eloquence

who has given the magnanimous gifts

of supreme knowledge

and the sacred alphabet to man,

inspire my soul

and make the words of my poem

resound in all their benign beauty.

 

5.

 

My dear Friend,

on days of great solitude,

when we are locked into the vicious circle of our afflictions

know that the only way out is the impulse to ascend towards God!

 

6.

 

Alas, we can never escape from ourselves

through fine words.

Harmonious words, once spoken

or laid down on the taciturn page take flight

and the soul, empty of their vigorous music,

remains tragically attached to the body.

 

7.

 

My Friend,

let us remain standing, our eyes lifted towards the heavens,

let us wait for ethereal thought to plunge,

utterly clear, into

the stagnant water of our violent emotions.

 

8.

 

O heart, don’t close up your wounds entirely,

leave to eternity the healing of your scars.

 

O you,

Alma parens of tender friendship!

 

Translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

Notes:

1. alma parens: foster mother

2. Ogmios: Celtic deity of eloquence

Mis à jour ( Vendredi, 10 Mars 2017 21:48 )