Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

APOSTLLE - français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

APOSTILLE

 

Enfin arrive sur les bras lilas du jour

L’austère visage couronné d’étoiles blanches

De l’insondable nuit.

 

L’air a l’arôme savoureux de miel dense

Et la douceur exaltante d’oranges mûres.

 

Sur la table modeste où repose

Un morceau odorant de pain frais,

La lampe fait tomber les fleurs suaves de sa lumière.

 

Et voici que du cœur jusque là taciturne

Jaillissent soudain les mots purs d’une foi enfantine,

Des mots qui soutiennent le tremblement des lèvres –

Invincibles refuges de l’espérance des existences ordinaires.

 

Dehors, une brise à peine perceptible

Écrit sur les feuilles frissonnantes des oliviers

L’histoire du mouvement de nos âmes

Dans une syntaxe absolue.

 

J’aime tant, je chéris le vert bruissement des arbres

Quand je pleure et que personne n’entend

Le ruissellement lumineux de mes larmes !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Paris, le 15 février 2017

 

Glose :

 

Apostille (n.f.) : l’apostille est un addendum en marge ou au bas d'un écrit (type post-scriptum). Le terme vient du bas latin postilla : note, explication. Le verbe « apostiller », utilisé comme terme juridique, découle du terme apostille.

 

ENGLISH :

 

Apostille

(A Note in the Margin)

 

At last the lilac arms of day usher in

the stern face of the fathomless night

crowned in white stars.

 

The air has the delicious scent of thick honey

and the exhilarating sweetness of ripe oranges.

 

A fragrant piece of fresh bread

lies on the modest table,

where the lamp scatters the sweet flowers of its light.

 

And now pure words of a childish faith suddenly pour forth

from the heart thus far taciturn,

words which always bring a trembling to the lips –

invincible refuges of the hopes of ordinary existences.

 

Outside, a barely perceptible breeze

writes the history of the movement of our souls

in an absolute syntax

on the shivering olive leaves.

 

I love so much, I hold so dear the green rustling of the trees

when I weep and no one hears

the luminous stream of my tears!

translated from the French of Athanase Vantchev de Thracy by Norton Hodges

 


Mis à jour ( Jeudi, 16 Février 2017 16:09 )