Statistiques
Blogspot            ancien site - cliquer ici / old website - click here            Poetrypoem

LES GNAWAS (A L.M.) français / anglais

PDF
Imprimer
Envoyer

 

LES GNAWAS

 

À L. M.

 

Chantez, gnawas, jouez, pincez de vos doigts

Où flamboie le sud, les cordes de vos guembris,

Vos âmes qui savent aimer s’en vont dans la nuit

Versant leur lumière sous le ciel de soie !

 

Athanase Vantchev de Thracy

 

Glose :

Les Gnawas, Gnaouas, Haratin également appelés « Maures noirs » ou « Afro-Maghrébins » sont des descendants de populations esclaves déportées de l'Afrique subsaharienne (Sénégal, Soudan, Ghana, Guinée, etc.) vers le Maghreb par les Arabes. Peul, Haoussa, Barma, Bambara, Wolof, Mandingue, Sérère, Bozo à l'origine, ils ont dû adopter l'islam.

La musique et les rituels gnaouas auraient pour origine les cultes d'adorcisme (possession acceptée et cultivée) sahéliens réadaptés par les descendants de musulmans Sanhadja subsahariens au Maghreb. Dans certaines régions du Maroc, ces pratiques seront teintées de judaïsme mettant en avant Moïse et la Baraka de certains saints juifs marocains.

Les gnaouas sont, dès la fin du XIXe siècle, identifiés comme une confrérie religieuse populaire dont les pratiques thérapeutiques seraient l'héritage de cultes mystiques subsahariens transmis par des générations.

Les travaux sur le culte des saints maghrébins ont tenté d'identifier la provenance de cette communauté et de ses pratiques rituelles en explorant l'origine du mot gnaoua. L'explication fournie par Maurice Delafosse en 1924 est restée pendant longtemps l'unique référence étymologique du mot et fut adoptée par des générations de chercheurs. Selon Delafosse, l'expression berbère akal-n-iguinaouen qui signifie « pays des Noirs », aurait donné naissance aux mots Guinée et Ghana et par la suite au mot gnaoua par ressemblance phonétique. Gnaoua, signifierait donc, par extension, homme noir ou venant du pays des hommes noirs.

D'autres confréries religieuses apparentées aux gnaouas du Maghreb existent bel et bien, mais sous des noms différents dans divers pays d'Afrique du Nord.

On parle de musique « gnaoua » ou de musique « tagnaouite » (appellation berbère).

Avec le tourisme important et les échanges artistiques entre le Maroc et l'Occident, la musique gnawa s'internationalise grâce à des influences extérieures au Maghreb tels que Jimmy Page et Robert Plant (du groupe Led Zeppelin), Bill Laswell, Adam Rudolph et Randy Weston, qui font souvent appel à des musiciens gnawas dans leurs compositions.

Les rituels gnaouas portent une part de mystère et les entrées aux soirées thérapeutiques sont confidentielles. Au Maroc, le premier enregistrement de musique gnaoua a été réalisé sur cassettes audio en 1975.

Au Maroc, les gnawas pratiquent autour de maîtres musiciens, d'instrumentalistes (graqeb), de voyantes (chouaafa), de mediums et d'adeptes. Leur instrument principal est un luth-tambour à 3 cordes : le goumbri (ou hajhouj). Sur des rythmes et sonorités entêtantes, des transes ont lieu pendant des heures. Les femmes exécutent la guedra (danse étrange du sud) de manière convulsive. La guedra est aussi le nom du tambour qui accompagne la danse. Les femmes s'écroulent sur le dernier battement de musique, le corps secoué de spasmes. Pendant la danse, les hommes sautent très haut et semblent marcher sur des braises lorsqu'ils sont sur le sol. Les gnawas ont ainsi créé un genre musical mystico-religieux original, mêlant dikr (invocation d'Allah) et madh (chants panégyriques).

Guembri ou goumbri ou hajhouj : instrument musical, un luth-tambour.

 

Adorcisme (n.m.) : la possession désigne, en anthropologie, une situation au cours de laquelle une personne est considérée comme étant habitée par un être surnaturel (divinité, esprit, ancêtre, démon, etc.) De nombreux types de possessions ont été décrits dans des sociétés diverses. Certains s'intègrent dans des rituels collectifs, portés par le groupe, d'autres concernent des états d'agitation et/ou de modifications du comportement entraînant une rupture de l'individu par rapport à son groupe. Les solutions à apporter sont nombreuses. La possession a reçu des explications de plusieurs ordres : psychologiques, religieuses, anthropologiques, sociologiques, dont aucune ne peut rendre compte seule de la complexité du phénomène.  La possession serait apparemment plus répandue chez les femmes que chez les hommes.

 

ENGLISH :

The Gnawa

for L.M.

Sing, Gnawas, play, pluck with fingers

flaming with the South, the strings of your guembris,

your souls expert in love fly into the night

pouring out their light beneath a sky of silk!

 

Note

  1. 1. The Gnawa: an ethinic group originally from West and Central Africa, now centred in South Morocco. Their music mixes African ritual traditions with Sufism and is believed to have healing properties.
  2. 2. Guembris: Moroccan stringed instruments.
Mis à jour ( Vendredi, 30 Septembre 2016 19:02 )